All news
|
Print
30 mai 2013 - Media release

La visite à INTERPOL du Ministre argentin des Affaires étrangères axée sur la coopération policière internationale

LYON (France) – La coopération entre l’Argentine et le réseau mondial INTERPOL des services chargés de l’application de la loi en matière de lutte contre la criminalité organisée transnationale a figuré au premier rang des questions abordées lors des entretiens d’aujourd’hui entre le Ministre argentin des Affaires étrangères, M. Héctor Timerman, et le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Lors de la visite de M. Timerman au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, les discussions ont porté sur la sécurité régionale et internationale, notamment sur les problèmes de criminalité organisée transnationale – trafic de stupéfiants et d’êtres humains, criminalité économique et financière, trafic de marchandises illicites et contrefaçon, terrorisme.

L’attentat à la bombe perpétré en 1994 contre le centre de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) à Buenos Aires, qui a fait 85 morts et des centaines de blessés, figurait également à l’ordre du jour de la rencontre, suite à la signature en janvier 2013 d’un protocole d’accord entre l’Argentine et l’Iran sur l’enquête relative à l’attentat. Plusieurs ressortissants iraniens font toujours l’objet de notices rouges INTERPOL dans le cadre de l’affaire de l’AMIA.

Le Ministre argentin a déclaré que son pays s’était acquitté de toutes les obligations prévues par le protocole d’accord, et que son gouvernement était à présent désireux de poursuivre la coopération avec la République islamique d’Iran pour parvenir à la résolution de l’affaire.

Le Secrétaire Général Noble a réaffirmé la position de l’Organisation concernant les notices rouges publiées en relation avec l’affaire : dans un courrier en date du 15 mars 2013 adressé au Ministre argentin, le Conseiller juridique d’INTERPOL avait indiqué que le protocole d’accord susmentionné n’avait aucun effet sur le statut des notices rouges en question. M. Noble a profité de l’occasion pour saluer les derniers développements de la coopération entre les deux pays afin de résoudre l’affaire de l’AMIA.

M. Noble a réaffirmé qu’il était prêt à apporter son concours si la demande lui en était faite, rappelant ses missions précédentes en Iran et en Argentine en vue d’aider les deux pays à résoudre l’affaire par la voie diplomatique.

Pour ce qui est de l’Iran, M. Noble a salué la bonne coopération entre INTERPOL et la République islamique dans plusieurs domaines, et exprimé sa confiance dans la volonté et la capacité des autorités du pays à finaliser le processus en cours dans l’intérêt des deux parties.

Les conversations ont également porté sur le Document de voyage INTERPOL, qui vise à permettre aux fonctionnaires de l’Organisation, aux chefs des services chargés de l’application de la loi ainsi qu’aux chefs et au personnel des Bureaux centraux nationaux d’effectuer des déplacements internationaux dans le cadre des missions officielles qui leur sont confiées pour le compte de l’Organisation sans avoir besoin de visa lorsqu’ils participent à des enquêtes transnationales ou à des déploiements urgents.

Avec l’ouverture du nouveau site du Bureau régional INTERPOL de Buenos Aires en octobre 2010, marquant l’entrée en fonction d’une plateforme rénovée à partir de laquelle la coopération policière pourrait s’effectuer avec toute l’Amérique du Sud et au-delà, la visite du Ministre argentin a également été l’occasion d’un point sur les outils et services mondiaux d’INTERPOL, ainsi que d’une présentation des activités régionales et internationales de l’Organisation.