All news
|
Print
14 janvier 2013 - Media release

Visite historique de sénateurs des États-Unis au Bureau régional d’INTERPOL à Buenos Aires, en Argentine

BUENOS AIRES (Argentine) – Quatre hautes personnalités du Sénat des États-Unis se sont rendues au Bureau régional d’INTERPOL à Buenos Aires lors d’une visite historique, afin de mesurer par eux-mêmes la valeur ajoutée qu’apporte la coopération policière internationale au travail d’application de la loi national et régional.

Les Sénateurs Richard Shelby (R – Alabama), Thad Cochran (R – Mississippi), Susan Collins (R – Maine) et Michael Crapo (R – Idaho) ont rencontré le Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble, ainsi que le Chef du Bureau régional d’INTERPOL, Rafael Pena Hernández, dans les locaux argentins de l’organisation mondiale de police, qui servent à celle-ci de point de contact régional avec l’ensemble des pays d’Amérique du Sud.

Les Sénateurs étaient accompagnés de Vilma Martínez, Ambassadrice des États-Unis en Argentine, de Shawn Bray, Chef du Bureau central national INTERPOL de Washington, ainsi que de plusieurs autres hauts représentants des États-Unis. Ils ont été informés des activités de la plus importante organisation de police au monde et des outils qu’elle met à disposition, aidant ainsi les services chargés de l’application de la loi des États-Unis à assurer la protection des 315 millions de citoyens du pays et de ses 50 millions de visiteurs.

Avec l’ouverture en 2011 de son Centre de commandement et de coordination (CCC), Buenos Aires est devenu le premier Bureau régional à pouvoir offrir aux services de police une capacité de soutien 24 heures/24 et 7 jours sur 7. Ce CCC fonctionne en tandem avec celui du Secrétariat général d’INTERPOL, installé à Lyon (France), et joue un rôle central dans l’Opération INFRA-SA (International Fugitive Round-Up and Arrest – South America).

Au nombre des 200 personnes de 34 pays visées par cette opération figuraient par exemple les sœurs Clara et Caridad Guilarte, recherchées par les États-Unis pour fraude aux prestations d’assurance maladie du système fédéral Medicare, le montant total des détournements s’élevant à 9,1 millions d’USD. Arrêtées en Colombie, les deux sœurs ont été extradées aux États-Unis, où elles ont été condamnées à 14 ans de prison par un tribunal à Miami.

S’adressant à la délégation lors de sa visite de vendredi, le Secrétaire Général Noble a indiqué que les États-Unis sont les premiers utilisateurs mondiaux de la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD), ce qui en fait un exemple à suivre pour les autres pays. Durant la seule année 2012, les États-Unis ont en effet opéré plus de 220 millions de vérifications dans cette base de données, lesquelles ont permis d’identifier quelque 10 500 personnes qui avaient tenté d’entrer dans le pays en présentant des passeports frauduleux.

L’adage bien connu « toute la politique se joue au niveau local » vaut également pour le travail de police : INTERPOL peut faire en sorte que les services d’application de la loi de niveau local et national soient en possession des informations de police internationales essentielles aux moments et sur les lieux où ils en ont le plus besoin », a affirmé le Secrétaire Général Noble.

« Ni INTERPOL, ni ses pays membres n’arrêteront de traquer les dangereux criminels internationalement recherchés en vue de leur arrestation tant qu’ils n’auront pas été appréhendés », a ajouté le chef d’INTERPOL, citant l’exemple de l’affaire Joran Van der Sloot.

Cette affaire concerne un Néerlandais de 25 ans arrêté au Chili en 2010 après la diffusion par le B.C.N. INTERPOL du Pérou d’une alerte signalant qu’il était recherché en relation avec le meurtre de Stephany Flores Ramírez, une jeune fille de 21 ans. Van der Sloot a par la suite plaidé coupable de ce crime et a été condamné à 28 ans de prison en janvier 2012.

Visit of four US Senators to INTERPOL Regional Bureau in Buenos Aires

Shawn Bray, Head of INTERPOL Washington