All news
|
Print
27 février 2012

Une conférence internationale pour renforcer la coopération dans la lutte contre le trafic de matières nucléaires

VARSOVIE (Pologne) – Prévenir les menaces nucléaires et radiologiques et y faire face, tel était le thème central de la Conférence à l’intention des services chargés de l’application de la loi sur la lutte contre le trafic de matières nucléaires, qui s’est tenue du 21 au 23 février à Varsovie (Pologne).

Cette conférence, qui était organisée par INTERPOL et le gouvernement polonais afin de préparer le Sommet sur la sécurité nucléaire 2012 qui aura lieu à Séoul (Corée du Sud) en mars, a permis aux représentants de différents pays de débattre de questions liées à la lutte contre le trafic de matières nucléaires. Vingt-sept des pays qui participeront à ce sommet étaient représentés, et leurs délégués ont appris comment mettre en place et déployer des équipes spécialisées dans la lutte contre le trafic de matières nucléaires et autres matières radioactives, afin de limiter ces activités illicites.

Des experts en terrorisme nucléaire d’INTERPOL, du Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis, de l’Institut de police scientifique des Pays-Bas, de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et d’autres organismes nationaux et internationaux ont présenté des exposés sur différents sujets ayant trait aux questions de sécurité nucléaire. Afin de compléter le volet théorique de cette conférence, le Département d’État des États-Unis a organisé un exercice pratique sous forme de jeu de rôle, et le Département de l’Énergie des États-Unis a présenté son détecteur mobile de rayonnement nucléaire et a effectué une démonstration.

M. Krzysztof Gajewski, Commandant en chef adjoint de la police nationale polonaise, a souligné l’importance d’une étroite collaboration entre les différents organismes participant à la lutte contre le terrorisme nucléaire.

« L’élaboration d’un projet de coopération nationale et internationale entre les institutions chargées de la sécurité nucléaire au sein d’un pays est au centre de notre action », a expliqué M. Gajewski, ajoutant que cette conférence constituait une « occasion unique pour l’échange d’expériences et de bonnes pratiques entre des partenaires nationaux et étrangers ».

La conférence a réuni 35 participants venus de 27 pays, ainsi que des représentants d’organismes internationaux spécialisés dans ce domaine, qui participeront au Sommet sur la sécurité nucléaire en tant qu’observateurs.

Afin de faciliter les activités internationales ciblant le trafic de matières nucléaires, INTERPOL a conçu l’opération Fail Safe, une nouvelle initiative utilisant le système des notices de l’Organisation pour localiser des individus impliqués dans ce commerce illicite. Cette opération permettra aux services chargés de l’application de la loi de renforcer leur coopération et la coordination de leurs actions dans la lutte contre le trafic de matières nucléaires, partout dans le monde.