All news
|
Print
19 octobre 2011 - Media release

L’Italie est le premier pays à apporter officiellement son soutien à l’initiative INTERPOL-FIFA de lutte contre les matchs truqués

ROME (Italie) – Avec la signature ce jour d’un accord, l’Italie devient le premier pays membre d’INTERPOL à soutenir officiellement l’initiative conclue en mai par I’organisation mondiale de police et la FIFA aux fins de la lutte contre les matchs truqués et les paris illégaux et irréguliers dans le monde entier.

Le Ministre de l’Intérieur italien, M. Roberto Maroni, qui a assisté à la signature du protocole d’accord lors d’une cérémonie spéciale en présence du Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré que le soutien de son pays au programme INTERPOL-FIFA permettrait d’apporter à la communauté mondiale l’expertise de l’Italie dans la lutte contre cette forme de criminalité.

« Du Sud-Est asiatique jusqu’en Europe, des organisations criminelles internationales tirent des profits considérables des paris enregistrés par des réseaux légaux ou illégaux, ou en tentant d’infiltrer le monde du sport. La nécessité d’une coopération permanente et plus efficace est une évidence, et c’est pourquoi l’Italie est fière d’être le premier pays à s’engager à soutenir l’initiative INTERPOL-FIFA », a déclaré M. Maroni.

Lors de la signature de l’accord, le Directeur général de la Sécurité publique et de la Police d’État italienne, M. Antonio Manganelli, a indiqué que celui-ci « permettrait de mettre en œuvre à l’échelle internationale les mesures déjà prises par l’Italie en vue de combattre cette forme de criminalité, telles que la création cette année de l’Unité de renseignement sur les paris sportifs et d’un Groupe d’enquête ».

Cette initiative sans précédent menée depuis 10 ans par INTERPOL et la FIFA verra la création d’un centre de formation FIFA dédié à la lutte anticorruption au sein du Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII) à Singapour, qui proposera des programmes de formation, d’éducation et de prévention de pointe afin de protéger le sport, les joueurs et les supporters contre la fraude et la corruption.

L’accord entre INTERPOL et l’Italie apportera un soutien supplémentaire à cette initiative grâce à la mise en commun d’expériences et de connaissances, et à une étroite collaboration pour l’élaboration des programmes de formation et la mise au point du matériel pédagogique destinés aux joueurs, aux officiels, aux arbitres, aux policiers et aux autres parties concernées.

« Le soutien apporté par l’Italie à l’initiative INTERPOL-FIFA est un signal clair adressé aux individus se livrant au trucage de matchs et aux paris illégaux, tant au niveau national qu’international, à savoir que de telles infractions ne seront pas tolérées, et j’estime que l’accord conclu aujourd’hui avec l’Italie devrait servir de modèle à tous les pays membres d’INTERPOL », a indiqué M. Noble.

« Étant donné les enjeux – plusieurs milliards de dollars et, plus important encore, la réputation même du sport –, il est essentiel que les services chargés de l’application de la loi fassent front commun non seulement pour lutter contre cette forme de criminalité mais également pour s’assurer que toutes les personnes concernées, de l’arbitre assistant au joueur star, bénéficient des ressources et des formations nécessaires pour lutter contre les influences corruptrices de la criminalité organisée transnationale », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Dans le cadre de cet accord, l’Italie mettra par ailleurs un officier spécialisé à disposition au siège du Secrétariat général d’INTERPOL afin d’apporter un soutien supplémentaire à l’initiative INTERPOL-FIFA de formation à la lutte anticorruption.