All news
|
Print
16 novembre 2011

Un Bureau régional INTERPOL accueille une réunion afin d’intensifier la réponse apportée par l’Amérique du Sud au problème du trafic de stupéfiants

BUENOS AIRES (Argentine)Une réunion d’organismes nationaux sud-américains spécialisés dans la lutte contre le trafic de stupéfiants s’est achevée sur la décision de mettre en place un groupe multidisciplinaire d’experts en matière d’analyse et de tendances concernant le domaine, en vue de renforcer la coopération pour lutter contre le commerce de stupéfiants.

La réunion de trois jours (du 9 au 11 novembre), organisée par le Bureau régional INTERPOL de Buenos Aires, a rassemblé des experts et des spécialistes de services policiers de lutte antidrogue, des douanes, des forces armées et d’organismes gouvernementaux de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Chili, de la Colombie, de l’Équateur, du Paraguay, du Pérou, du Suriname, de l’Uruguay et du Venezuela, ainsi que des représentants de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et de la SOCA (Serious Organised Crime Agency, agence britannique chargée de lutter contre la grande criminalité organisée).

Lors de la réunion, les représentants d’organismes ayant convenu de mettre en place un réseau d’experts et de spécialistes multidisciplinaires ont également défini des stratégies d’action commune contre le trafic de stupéfiants par voie maritime, fluviale, aérienne et terrestre, ainsi que le trafic de précurseurs chimiques utilisés pour fabriquer des stupéfiants.

La création du groupe d’experts permettra de renforcer l’appui stratégique et opérationnel apporté par les groupes de lutte antidrogue des différents pays participants, et ce en liaison avec les Bureaux centraux nationaux INTERPOL de la région.

« L’idée qui a présidé à la mise en place du groupe multidisciplinaire d’experts est celle de disposer en permanence d’une structure complète facilitant le partage et l’échange des expériences, afin de mettre en œuvre une approche régionale commune de lutte contre le trafic de stupéfiants et les infractions connexes », a déclaré le Chef du Bureau régional INTERPOL de Buenos Aires, Rafael Pena-Hernández.

La réunion a également permis de dresser trois cartes illustrant les flux, itinéraires et tendances en matière de trafic de stupéfiants en Amérique du Sud, ainsi qu’à destination des différents marchés dans le monde.