All news
|
Print
10 juin 2013 - Media release

La visite du chef d’INTERPOL au Tadjikistan met en lumière les priorités en matière de sécurité en Asie centrale

Douchanbé (Tadjikistan) – Lors de sa première visite officielle au Tadjikistan, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a rencontré le Ministre des Affaires intérieures et Chef de la police du pays, M. Ramazon Rakhimov, afin de passer en revue les défis liés à la sécurité au Tadjikistan et en Asie centrale, et de déterminer comment les outils mondiaux et le réseau d’INTERPOL peuvent contribuer à les relever.

Outre le terrorisme et la sécurité des frontières, le trafic de stupéfiants et la traite d’êtres humains ont figuré parmi les principaux thèmes abordés lors de la visite de M. Noble. L’action policière au Tadjikistan se heurte à de sérieuses difficultés en raison de l’existence de bandes criminelles transnationales qui tirent parti des longues frontières du pays pour faire passer des stupéfiants sur le territoire et au-delà. Le Tadjikistan est également un pays d'origine de la traite d'êtres humains, dont les victimes – hommes, femmes et enfants – sont souvent soumises au travail forcé et à la prostitution.

« Le Tadjikistan est déterminé à travailler avec ses partenaires internationaux en prêtant son concours à la lutte contre les activités criminelles transnationales telles que le trafic de stupéfiants et le terrorisme. Le développement de la coopération policière internationale avec INTERPOL, la plus grande organisation internationale de police au monde, revêt un caractère essentiel pour la lutte contre cette forme de criminalité, et joue un rôle important dans la sécurité nationale et régionale », a indiqué le Ministre Rakhimov.

Au cours de sa visite, le chef d’INTERPOL a également rencontré le chef du Bureau central national INTERPOL de Douchanbé, M. Dzhamshed Mashrapov. Il a déclaré à cette occasion : « L’étroite coopération en matière de sécurité avec le Tadjikistan et l’Asie centrale étaye l’action des services chargés de l’application de la loi dans le monde entier contre le terrorisme et la criminalité internationale. »

À cet égard, le Secrétaire Général Noble a précisé que du fait de l’utilisation accrue des outils mondiaux d’INTERPOL par le Tadjikistan, le nombre de notices INTERPOL d’ores et déjà publiées en 2013 à la demande du pays avait atteint un niveau record. L’utilisation par le Tadjikistan de la base de données de l’Organisation sur les véhicules volés a par ailleurs doublé entre 2011 et 2012.

« Les services chargés de l’application de la loi du Tadjikistan sont conscients de la nécessité permanente et croissante d’une démarche internationale concertée en matière de lutte contre la criminalité organisée transnationale, ainsi que des moyens d’action que confèrent les outils de police mondiaux d’INTERPOL aux agents de première ligne pour ce qui est d’améliorer la sécurité des personnes », a ajouté M. Noble.

Au programme de la mission de M. Noble à Douchanbé figurait également le Document de voyage INTERPOL, destiné à aider l’organisme mondial de police à apporter une aide d'urgence à ses 190 pays membres et à faciliter le déploiement de professionnels de l’application de la loi dans le cadre d’activités liées à INTERPOL.

À ce jour, 60 pays reconnaissent le Document de voyage INTERPOL sous ses deux formes (livret de passeport électronique et/ou carte d’identification électronique).

La mission de M. Noble au Tadjikistan était sa 166ème visite officielle dans un pays membre d’INTERPOL depuis sa première élection à la fonction de Secrétaire Général, en 2000 – preuve de sa volonté constante d’appréhender directement les besoins des pays membres et de trouver les moyens par lesquels l’Organisation peut les aider à protéger leurs citoyens et à lutter contre la criminalité au niveau international.