All news
|
Print
08 octubre 2012 - Media release

La Secrétaire d’État à la Sécurité intérieure des États-Unis, Mme Napolitano, rend une visite historique à INTERPOL

Le chef d’INTERPOL et la Secrétaire d’État Napolitano signent des accords destinés à renforcer la sécurité mondiale


LYON (France) – La Secrétaire d’État à la Sécurité intérieure des États-Unis, Janet Napolitano, a rendu une visite historique au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, en vue de conclure une série d’accords visant à intensifier la lutte contre le trafic d’êtres humains et les autres formes graves de criminalité à l’échelle mondiale.

Le Département de la Sécurité intérieure (DHS) des États-Unis a lancé son initiative « Blue Campaign », la première du genre, en conjuguant les forces des différents services qui le composent et en développant la collaboration avec ses partenaires extérieurs en vue de lutter plus efficacement contre le trafic d’êtres humains par la sensibilisation du public, par la formation et l’assistance aux victimes et par des enquêtes policières, l’objectif étant de protéger les personnes contre le trafic, sur le territoire des États-Unis et dans le monde entier.

Les accords signés par la Secrétaire d’État Napolitano et le chef d’INTERPOL, Ronald K. Noble, au siège du Secrétariat général de l’organisme mondial de police, en France, faciliteront l’action régionale et internationale de lutte contre le trafic d’êtres humains.

En outre, à l’heure où les États-Unis sont le principal utilisateur de la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD), avec plus de 171 millions de recherches effectuées jusqu’à présent, en 2012 – soit l’équivalent de 400 vérifications par minute –, la Secrétaire d’État Napolitano s’est déclarée en faveur de la création d’un Groupe de travail sur la gestion des frontières en vue d’encourager des efforts plus ciblés de renforcement des capacités en la matière, et a appelé à une utilisation accrue, dans le monde entier, de cet outil essentiel à la protection des frontières qu’est la base de données SLTD, qui contient actuellement plus de 34 millions d’enregistrements provenant de 166 pays.

« En sa qualité d’administration chargée des contrôles aux frontières, des douanes et de l’immigration, le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, qui est également l’un des services d’enquêtes internationales les plus importants du pays, est à bien des égards le visage que les services chargés de l’application de la loi américains présentent au monde. Et INTERPOL est le visage des services chargés de l’application de la loi de toutes les régions du globe », a déclaré la Secrétaire d’État Janet Napolitano.

« INTERPOL est un partenaire vital en ce qu’il réunit de nombreuses composantes et ressources de la communauté mondiale des services chargés de l’application de la loi, avec en particulier sa base de données sur les documents de voyage volés et perdus, qui joue pour nous un rôle crucial en matière de gestion des frontières et de sécurité intérieure ».

« Les accords que nous signons aujourd’hui sont d’une grande importance pour le développement de notre partenariat, établi pour nous aider dans notre mission de prévention et de lutte contre la criminalité au niveau international », a conclu la Secrétaire d’État Napolitano.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Noble, a quant à lui déclaré : « Le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis a rendu non seulement les États-Unis mais aussi le monde entier plus sûrs en interrogeant des centaines de millions de fois les bases de données d’INTERPOL pour identifier des terroristes, des trafiquants d’êtres humains, des meurtriers, des violeurs, des auteurs d’infractions pédosexuelles et d’autres dangereux malfaiteurs ».

« Si un pays veut lutter efficacement contre le trafic d’êtres humains, il doit envisager de mettre en place un programme complet tel que l’initiative « Blue Campaign » du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, qui engage à une approche globale passant par la sensibilisation du public, la formation, l’assistance aux victimes et les enquêtes policières », a souligné le Secrétaire Général d’INTERPOL.

L’étroite coopération qui existe entre le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis et INTERPOL a déjà permis d’obtenir des résultats substantiels, par exemple le démantèlement d’un réseau pédophile international après que le Bureau d’enquête pour la sécurité intérieure du Service de l’immigration et des douanes (ICE) des États-Unis a transmis à des enquêteurs spécialisés du monde entier, via INTERPOL, des images saisies mettant en scène des abus sexuels sur enfants.

Les enquêtes ont pour l’instant conduit à l’arrestation de près de 40 délinquants sexuels dans toutes les régions du monde, notamment aux Pays-Bas, où un homme a été condamné à 18 ans de prison en mai 2012 pour avoir abusé de plus de 60 enfants dont certains âgés de quelques mois seulement, dans deux crèches à Amsterdam et aux domiciles de particuliers où il les gardait.

Le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis s’est par ailleurs engagé à apporter son appui au Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII), pour contribuer à l’élaboration de programmes d’enseignement ainsi qu’à la formation d’agents au sein du Complexe. Ce dernier jouera un rôle essentiel pour l’action des services chargés de l’application de la loi du monde entier en matière de soutien aux enquêtes, de recherche et d’innovation sur la criminalité numérique, l’informatique légale et la cybersécurité.

La formation étant un domaine clé de la mission générale d’INTERPOL, qui est de promouvoir la coopération policière internationale, l’appui du Centre fédéral de formation des services chargés de l’application de la loi (Federal Law Enforcement Training Center– FLETC) des États-Unis, dont le Directeur, Connie Patrick, préside également le Groupe international INTERPOL sur la formation de police, est d’une importance cruciale pour l’optimisation du partage des ressources et le renforcement des capacités dans les 190 pays membres de l’organisme mondial de police.

Remarks by Janet Napolitano, Secretary for the US Department of Homeland Security