All news
|
Print
10 octobre 2013 - Media release

Une opération menée par INTERPOL contre la criminalité pharmaceutique permet de saisir près de 100 tonnes de médicaments illicites

LYON (France) – La plus importante opération menée à ce jour par INTERPOL contre la criminalité pharmaceutique en Afrique australe a abouti à la saisie de près de 100 tonnes de médicaments illicites et de contrefaçon, 181 suspects ayant été arrêtés ou faisant actuellement l’objet d’une enquête.

Durant l’opération Giboia (du 1er au 3 octobre), plus de 900 policiers des cinq pays participants (Angola, Malawi, Swaziland, Tanzanie et Zambie) ont pris part à près de 550 perquisitions et inspections coordonnées opérées sur des marchés, dans des pharmacies et des cliniques, ainsi que dans des centres de soin et des points de vente illicites, dans une trentaine de villes et de postes-frontières. 

La valeur des médicaments illicites et de contrefaçon saisis, qui étaient aussi bien des génériques que des médicaments de marque, est estimée à environ 3,5 millions d’USD au total. Des produits médicaux arrivés à expiration et détournés ont aussi été découverts.

L’opération Giboia visait principalement à mettre au jour les réseaux impliqués dans la criminalité pharmaceutique, à enquêter sur ces réseaux et à les démanteler, ainsi qu’à sensibiliser le public aux risques liés aux faux médicaments et aux formes connexes de criminalité pharmaceutique.

Avec le concours des représentants des services de police, des autorités de contrôle du médicament, des douanes, des services de lutte anticorruption et d’autres autorités, l’opération visait également à améliorer la coordination entre les différents secteurs concernés afin de mieux faire face au problème posé par la criminalité pharmaceutique. C’est l’unité Contrefaçon de produits médicaux et criminalité pharmaceutique (MPCPC) qui, avec l’appui du Bureau régional INTERPOL de Harare, a coordonné l’opération.

Avant l’opération, des formations et des actions coordonnées multisectorielles ont été menées dans chaque pays participant. De plus, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a prêté son concours aux opérations organisées aux niveaux national et régional, en faisant profiter les participants de son expertise en matière de renforcement des capacités, de détection des médicaments détournés et d’enquête dans ce domaine.

« Les proportions énormes que prend la criminalité pharmaceutique en Afrique australe ainsi que la menace qu’elle représente pour la sécurité et la sûreté publiques dans la région et sur le continent ont été mises en évidence par l’opération Giboia », a déclaré Aline Plançon, chef de l’unité MPCPC.

« Les premiers résultats de cette opération ciblant la criminalité pharmaceutique sont à mettre au compte de l’effort collectif des pays et services participants, qui ont partagé et échangé des informations avec le soutien d’INTERPOL, afin de lutter contre les réseaux criminels organisés tirant profit de cette forme de criminalité lucrative », a-t-elle ajouté.

Parmi les produits saisis figurent des antibiotiques, des contraceptifs, des antipaludéens et des analgésiques illicites et de contrefaçon.

Au moins neuf commerces ne disposant d’aucune autorisation de vente de médicaments ont été fermés dans les cinq pays participants, de même que deux cliniques illégales situées au Malawi et employant du personnel non qualifié.