All news
|
Print
04 septembre 2013 - Media release

La collaboration au sein du réseau mondial d’INTERPOL piège un bénévole d’une école des États-Unis soupçonné d’abus pédosexuels

LYON (France) – Des images mettant en scène des abus à caractère pédosexuel récupérées par les services de police danois et australien et transmises via le réseau INTERPOL de spécialistes de l’identification des victimes ont permis l’arrestation d’un bénévole d’une école américaine soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette de huit ans.

Dans le cadre des mesures prises pour identifier une victime inconnue, des policiers danois ont transmis une vidéo à leurs homologues du monde entier via la base de données internationale d’INTERPOL sur l’exploitation sexuelle des enfants. Des enquêteurs australiens ont alors envoyé d’autres vidéos dans lesquelles la même victime apparaissait, ainsi que des renseignements complémentaires, qui ont permis d’établir qu’une école de l’État de Washington était le lieu où ces abus avaient été commis.

Le suspect, un homme de 37 ans dénommé David Michael Navarro, a été arrêté quatre jours seulement après la première transmission d’images par le canal d’INTERPOL.

« La décision initiale prise par le Danemark de transmettre les images trouvées au réseau de spécialistes d’INTERPOL a conduit l’Australie à communiquer les informations dont elle disposait, ce qui a permis d’identifier le suspect aux États-Unis », a déclaré Robert Shilling, un officier spécialisé travaillant au sein du service chargé de la lutte contre la pédocriminalité à INTERPOL, qui supervise le réseau d’enquêteurs international d’INTERPOL sur les abus pédosexuels.

« L’arrestation quatre jours seulement après la transmission initiale des images - et trois continents plus loin - témoigne du dévouement de tous les policiers concernés. C’est une démonstration éclatante des résultats qui peuvent être obtenus grâce à la coopération internationale, qui est particulièrement importante lorsqu’il s’agit de venir en aide aux victimes d’abus pédosexuels », a conclu M. Shilling.

Le service chargé de la lutte contre la pédocriminalité d’INTERPOL, hébergé au siège de l’Organisation à Lyon (France), gère la Base de données internationale sur l’exploitation sexuelle des enfants (ICSE), dédiée aux enquêtes en matière d’identification des victimes et à laquelle des enquêteurs spécialisés du monde entier ont accès.

La base de données contient des images dans lesquelles figurent plusieurs milliers de victimes d’exploitation sexuelle identifiées par les services de police de 47 pays, ainsi que des images d’abus mettant en scène de nombreuses victimes non identifiées auxquelles les polices du monde entier espèrent pouvoir venir en aide.