All news
|
Print
29 juillet 2009 - Media release

Des contrefaçons de produits médicaux saisies lors d’une opération conduite au Lesotho avec le soutien d’INTERPOL

MASERU (Lesotho) – Une opération de police menée au Lesotho contre des contrefaçons de produits médicaux, à laquelle INTERPOL a participé en apportant un soutien à la fois en matière de formation et opérationnel, a abouti à la saisie de médicaments essentiels ne devant être délivrés que sur prescription médicale qui se sont révélés reconditionnés puis vendus dans la rue de façon illégale.

Les résultats de l’Opération FIELA – qui signifie « nettoyage » – ayant été évalués, il a été confirmé que les produits saisis au cours de ces cinq jours d’intervention (du 15 au 20 juin) dans le cadre du programme OASIS (pour Operational Assistance, Services and Infrastructure Support) d’INTERPOL pour les droits de propriété intellectuelle  en Afrique, étaient de faux médicaments et des produits illicites (stéroïdes, antibiotiques, antifongiques et contraceptifs oraux).

Au cours de l’opération, INTERPOL a dispensé à 45 agents de la Police montée, de l’Autorité de contrôle des médicaments et de la douane du Lesotho une formation qui a vu la présence du chef du service de lutte contre la contrefaçon de la police sud-africaine, d’officiers de liaison du Bureau régional d’INTERPOL ainsi que de représentants du secteur privé lesothan ainsi que d’autres pays de la région Afrique.

En collaboration avec l’Autorité de contrôle des médicaments et la douane, la police du Lesotho a inspecté plus de 50 lieux suspects – dont des pharmacies et des supermarchés – à Maseru, la capitale, de même que dans deux autres régions (celles de Mefeteng, dans le sud, et de Leribe, dans le nord), ce qui a conduit à la fermeture de huit points de vente en raison d’irrégularités ou parce qu’ils n’étaient pas habilités à vendre des médicaments essentiels.

La contrefaçon de produits médicaux constituant une grave menace pour la santé publique, le Chef de la formation de la police du Lesotho, Tumelo Moseme, a déclaré que l’Opération Fiela avait « doté les policiers formés des connaissances et des compétences » nécessaires pour relever les nouveaux défis que ces produits représentent pour la police.

« En tant que plus importante organisation policière au monde, INTERPOL prête assistance à ses États membres en permettant la mise en commun d’informations essentielles par l’utilisation de son système de communication policière sécurisée, I-24/7, de ses bases de données mondiales, et par l’organisation de formations indispensables à l’intention des agents chargés de l’application de la loi », a affirmé M. Moseme.

À cet égard, avec le programme OASIS-Afrique d’INTERPOL, financé par l’Allemagne pour renforcer les capacités, développer les infrastructures et soutenir les opérations de police sur ce continent, le responsable du programme Droits de propriété intellectuelle de l’Organisation, John Newton, a déclaré que l’un des principaux éléments de l’Opération Fiela était l’approche globale adoptée par la police, la douane et les services chargés du contrôle des médicaments pour planifier et coordonner les interventions en question, ainsi que le recours à des techniques d’enquête éprouvées et améliorées par INTERPOL dans le cadre du programme d’action du Groupe spécial international anti-contrefaçon de produits médicaux (IMPACT) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’Opération Fiela fait partie d’une série d’actions de lutte contre les atteintes à la propriété intellectuelle relevant de la criminalité organisée transnationale qu’il est prévu de mettre en place dans le cadre du programme OASIS.