All news
|
Print
17 avril 2009 - Media release

La Bolivie bénéficie de l’assistance pleine et entière d’INTERPOL suite à la tentative d’assassinat de son Président

LYON (France) – INTERPOL a offert son soutien plein et entier à la police bolivienne dans le cadre de son enquête sur la tentative d’assassinat du Président Evo Morales, dans laquelle sont impliqués plusieurs ressortissants étrangers.

Suite à l’échange de tirs qui a eu lieu jeudi entre les malfaiteurs et la police à Santa Cruz, trois hommes ont été tués et deux suspects arrêtés. La police bolivienne a également saisi à cette occasion une grande quantité d’armes et d’explosifs.

Les noms des cinq individus tués et arrêtés ont été transmis par le Bureau central national INTERPOL de La Paz au Secrétariat général de l’Organisation dont le siège est à Lyon (France), afin que ce dernier procède à des vérifications dans sa base de données nominatives. Des recherches concernant les passeports des individus sont également en cours dans la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus, qui contient près de 18 millions d’entrées provenant de 143 pays.

INTERPOL se tient par ailleurs prêt à effectuer des comparaisons d’éventuels profils d’ADN et empreintes digitales qui seraient collectés au cours de l’enquête.

« Il convient de saluer le travail de la police bolivienne, qui a réussi à déjouer la tentative d’assassinat du Président Morales. INTERPOL lui fournira tout le soutien dont elle aura besoin pour la suite de l’enquête », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble.

Si les autorités boliviennes lui en font la demande, INTERPOL peut diffuser à ses 187 pays membres l’une de ses notices internationales dont le code de couleur varie selon l’objectif visé : pour solliciter des compléments d’information sur les suspects, il s’agira de notices vertes, et pour demander l’arrestation des individus recherchés en relation avec la tentative d’assassinat, il sera question de notices rouges.

Le Secrétaire Général Noble vient d’achever une série de visites dans six pays de la région des Amériques, au cours desquelles il a rencontré le chef de la police nationale bolivienne, le Général Victor Hugo Escobar.

« Lors de cet entretien, j’ai réaffirmé la volonté d’INTERPOL d’aider la Bolivie dans sa lutte contre tous les types de criminalité, et en particulier pour les enquêtes présentant une dimension internationale. C’est donc avec plaisir que nous lui offrons notre soutien dans cette affaire », a affirmé M. Noble.