All news
|
Print
13 septembre 2013 - Media release

Le Chef d’INTERPOL rencontre le Premier ministre du Cap-Vert afin d’intensifier la collaboration internationale des services chargés de l’application de la loi

PRAIA (Cap-Vert) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a rencontré le Premier ministre du Cap-Vert dans le cadre des efforts déployés pour renforcer la coopération policière nationale et régionale par l’intermédiaire de l’organisation mondiale de police, afin de lutter contre les menaces criminelles transnationales.

Lors de cette première visite officielle au Cap-Vert, les entretiens de M. Noble avec le Premier ministre, M. Jose Maria Neves, et d’autres hauts responsables du gouvernement et de la police ont porté sur le développement de la formation et le renforcement des capacités de la police en tirant pleinement parti des outils et services mondiaux d’INTERPOL, afin de donner davantage de moyens aux policiers de première ligne.

Le Secrétaire Général Noble a déclaré qu’il est important de renforcer la collaboration régionale avec INTERPOL afin de mieux protéger les citoyens et les visiteurs contre toutes les formes de criminalité transnationale.

« Les autorités cap-verdiennes savent que la criminalité ne connaît pas de frontières et que le renforcement de la coopération policière internationale au moyen du réseau mondial d’INTERPOL est essentiel pour lutter contre la criminalité transfrontalière et améliorer la sécurité dans le pays et la région », a déclaré le Secrétaire Général Noble qui était accompagné du Directeur de Cabinet d’INTERPOL, Mme Roraima A. Andriani.

Le chef d’INTERPOL a rappelé que le Cap-Vert participe au projet AIRCOP, mené par INTERPOL avec le soutien financier de l’Union européenne et du Canada afin de permettre une communication et des échanges de renseignements efficaces entre les pays participants. Il s’agit de mettre en place des activités antidrogue dans huit aéroports internationaux, dont sept en Afrique de l’Ouest (en Côte d’Ivoire, au Cap-Vert, au Ghana, au Mali, au Nigéria, au Sénégal et au Togo) et un au Brésil.

Le projet AIRCOP vient à l’appui du Plan d’action régional de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’agissant de faire face aux problèmes croissants que constituent le trafic de drogues, la criminalité organisée et la consommation de stupéfiants en Afrique de l’Ouest, en collaboration avec des pays d’Amérique latine, d’Afrique de l’Ouest et d’Europe.

Lors des entretiens, le programme SIPAO d’INTERPOL (Système d’information policière des pays d’Afrique de l’Ouest) a aussi été évoqué : ce projet financé par l’UE vise à faciliter, pour les 15 pays de la CEDEAO (dont le Cap-Vert), le recueil, la centralisation, la gestion, la mise en commun et l’analyse des informations de police.

Le Document de voyage INTERPOL était également à l’ordre du jour durant la mission de M. Noble. Il permet aux fonctionnaires d’INTERPOL et aux policiers en mission officielle de se déplacer au niveau international sans avoir besoin de visa lorsqu’ils aident les pays dans le cadre de déploiements urgents ou d’enquêtes transnationales concernant des activités criminelles d’une particulière gravité. À ce jour, 62 pays membres de l’Organisation, dont 34 pays africains, ont officiellement reconnu le Document de voyage INTERPOL.

M. Noble a également rencontré le Directeur général de la Police judiciaire et Chef du Bureau central national INTERPOL (B.C.N.) de Praia, M. Carlos Alexandre Reis, ainsi que le personnel du B.C.N.

Le renforcement des capacités et le développement des échanges d’informations de police, aux niveaux national et régional, ont d’ailleurs été mis en avant comme étant des domaines d’action essentiels par de hauts responsables des services chargés de l’application de la loi, en début de semaine lors de la Conférence régionale africaine d’INTERPOL à Oran (Algérie).

Le Cap-Vert est le 171ème pays membre à recevoir la visite officielle de M. Noble depuis sa première élection au poste de Secrétaire Général, en 2000.