All news
|
Print
30 mars 2012 - Media release

« Le monde doit mieux se préparer aux menaces qui se font jour en matière de cybercriminalité », déclare le chef d’INTERPOL devant une prestigieuse assemblée en Inde

NEW DELHI (Inde) ‒ Le chef d’INTERPOL a affirmé qu’il existe un « décalage spectaculaire » entre l’instantanéité des communications sur Internet et les mesures actuellement prises pour soutenir les services chargés de l’application de la loi dans leur lutte contre la cybercriminalité.

S’exprimant vendredi lors de la D.P. Kohli Memorial Lecture, en présence de M. A.P. Singh, Directeur du Criminal Bureau of Investigation (CBI) indien, et de M. V. Narayanasamy, Ministre d’État au cabinet du Premier ministre, le Secrétaire général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a indiqué qu’une législation inadaptée et le manque de ressources étaient les principaux obstacles à la lutte contre la cybercriminalité.

« Même si une véritable avancée dans la lutte contre la cybercriminalité est peut-être possible dès qu’un nombre considérable de pays auront actualisé leur législation et lorsque davantage encore consacreront des moyens pour que la police acquière une plus grande expertise technique, INTERPOL et le monde ne peuvent attendre une telle situation idyllique », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

« C’est pourquoi INTERPOL travaille avec ses pays membres pour trouver des solutions innovantes face aux cybercriminels », a ajouté le chef d’INTERPOL.

La cybercriminalité n’étant même pas reconnue officiellement dans de nombreux pays, M. Noble a expliqué que les terroristes de l’ère cyber peuvent désormais exploiter les technologies de pointe, comme l’on fait les terroristes responsables des attentats de Mumbai, qui ont utilisé des communications cryptées sur des terminaux mobiles pour coordonner leurs attaques.

« Tant que les pays n’auront pas modernisé leur législation et accepté d’élaborer un cadre juridique pour faciliter les enquêtes internationales sur la cybercriminalité, les policiers devront continuer à faire preuve de créativité pour travailler avec leurs collègues étrangers », a indiqué M. Noble.

À cet égard, l’assemblée a été informée qu’INTERPOL œuvrait avec ses 190 pays membres à l’adoption d’une démarche concertée pour cibler les cybercriminels, comme l’a mis en évidence la récente opération Unmask coordonnée par INTERPOL en Amérique du Sud et en Europe contre le groupe de pirates Anonymous, qui, comme l’a rappelé M. Noble à l’auditoire, menaçait de fermer Internet le samedi 31 mars en signe de protestation.

Afin de surmonter certains des obstacles juridiques à une enquête internationale en bonne et due forme, INTERPOL a décidé, lors de l’opération Unmask, de faire directement appel aux procureurs des pays concernés afin que les éléments de preuve disponibles soient recevables devant un tribunal. C’est ainsi que les informations échangées ont pu être incluses dans les enquêtes en cours.

À ce jour, 31 personnes ont été arrêtées depuis le déclenchement de l’opération en février, des centaines d’équipements informatiques et de téléphones portables ayant été saisis, ainsi que des cartes de paiement et des espèces.

Le chef de l’Organisation a également attiré l’attention sur une affaire dans laquelle le Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL de New Delhi a reçu des informations du B.C.N. du Luxembourg au sujet d’individus de l’État du Kerala qui auraient surfé sur des sites à caractère pédosexuel.

Ces informations – dont les noms, les adresses IP et postales d’individus venant de tout l’État – ont été transmises à la police du Kerala, qui a rapidement exploité les renseignements et arrêté 20 individus qui fréquentaient régulièrement des sites pédopornographiques.

L’Inde ayant adopté l’une des législations les plus poussées en matière de pédopornographie en ligne, cette réussite, a conclu le Secrétaire Général Noble, a montré combien les échanges d’informations efficaces et sécurisés au niveau mondial, et la mise en place d’une législation adaptée, étaient indispensables à la lutte contre la cybercriminalité.