All news
|
Print
08 février 2013 - Media release

Le chef d’INTERPOL, en visite en République démocratique du Congo, souligne la nécessité de trouver des solutions communes aux menaces sécuritaires transfrontières

KINSHASA (République démocratique du Congo) – La première visite officielle du Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble, dans ce pays était axée sur la collaboration régionale et internationale par le canal d’INTERPOL en vue d’aider les autorités à enquêter sur des infractions telles que la traite d’êtres humains et les crimes de guerre, et à poursuivre leurs auteurs.

Les conversations entre le chef de l’Organisation, les hauts responsables gouvernementaux congolais et les fonctionnaires du Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL de Kinshasa ont porté sur l’ouverture aux policiers de première ligne de l’accès aux outils de police mondiaux, aux services et à l’infrastructure de soutien opérationnel d’INTERPOL.

Le Congo étant à la fois un pays d’origine et de destination des victimes du travail forcé et de l’exploitation sexuelle, lors de ses entretiens avec le Ministre de l’Intérieur Richard Muyez Mangez et le Procureur Général de la Cour suprême Flory Kabange Numbi, M. Noble a assuré ses interlocuteurs du soutien d’INTERPOL dans la lutte contre ces activités criminelles – y compris celles qui poussent des enfants au travail forcé dans les mines ou à devenir soldats.

S’exprimant sur le rôle de la coopération internationale lorsqu’il s’agit de traduire en justice des individus soupçonnés de génocide, M. Noble a rappelé que Védaste Banguwiha, recherché par le Bureau central national INTERPOL (B.C.N.) de Kigali (Rwanda) pour complicité de génocide et de crimes contre l’humanité, a été arrêté en octobre 2012 par les autorités de la République démocratique du Congo après avoir été identifié à partir d’une seule réponse positive à une interrogation de la base de données mondiale d’INTERPOL sur les personnes recherchées, à laquelle des données d’immigration avaient été transmises par les membres de la Cellule INTERPOL de soutien aux grandes manifestations déployée à l’occasion du 14ème Sommet de la francophonie.

« La lutte contre la criminalité internationale requiert une coopération qui dépasse les frontières nationales et régionales, et cela est encore plus vrai en Afrique centrale et en République démocratique du Congo », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, décrivant la région comme un lieu stratégique pour la lutte transnationale contre les activités criminelles, notamment le trafic d’armes et de drogue, ainsi que l’exploitation illégale de minerais.

« Ces activités criminelles sont extrêmement lucratives et permettent aux organisations criminelles de prospérer et de générer de l’instabilité, que ce soit dans la région, en Afrique ou au-delà.

« Bien que les pays et les régions soient confrontés à des problèmes de criminalité spécifiques, des solutions communes sont requises, notamment en s’assurant, par l’intermédiaire d’INTERPOL, que les policiers de première ligne de la République démocratique du Congo reçoivent le soutien et la formation dont ils ont besoin », a ajouté M. Noble.

Le Secrétaire Général a conclu en insistant sur l’importance des alliances stratégiques avec les principaux acteurs africains de la lutte contre la criminalité internationale, parmi lesquels le Comité des Chefs de police d’Afrique centrale (CCPAC) et l’Organisation de coopération régionale des Chefs de police d’Afrique australe (SARPCCO), dont la République démocratique du Congo fait partie et avec lesquels INTERPOL travaille en étroite collaboration pour trouver des solutions aux problèmes de criminalité et de sécurité dans la région.

La République démocratique du Congo a été l’un des premiers pays à reconnaître officiellement le Document de voyage INTERPOL, aujourd’hui reconnu par 57 pays. Grâce à ce document, les fonctionnaires voyageant dans le cadre de missions officielles peuvent entrer dans le pays sans visa, et être ainsi beaucoup plus rapidement à même de répondre à toutes les demandes d’aide ou de soutien.