All news
|
Print
05 février 2013 - Media release

Une opération menée par INTERPOL cible le trafic et la production de méthamphétamine dans la région Amériques

Des centaines de tonnes de substances chimiques et des millions de dollars saisis au cours d’une opération interservices


LYON (France) – Plus de 360 tonnes de substances chimiques, 200 kilos de méthamphétamine, de cocaïne et de LSD ainsi que 2 millions d’USD en espèces ont été saisis et quatre laboratoires illicites démantelés lors d’une opération menée par INTERPOL pour lutter contre la production et le trafic de méthamphétamine dans toute la région Amériques.

Sous le nom de code « Icebreaker », cette opération, à laquelle ont participé 11 pays de la région, était organisée en partenariat avec l’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) et visait également à renforcer la coopération interservices aux niveaux régional et national.

Quelque 25 suspects ont été arrêtés dans les pays participants (Belize, Colombie, Costa Rica, El Salvador, Équateur, Guatemala, Honduras, Jamaïque, Mexique, Nicaragua et Panama) et 35 enquêtes ont été ouvertes. 

L’opération était coordonnée depuis le Bureau régional INTERPOL de San Salvador et avait pour objectifs de repérer et saisir des chargements de précurseurs chimiques utilisés pour produire illicitement de la méthamphétamine, de démanteler les groupes organisés se livrant au trafic et de localiser et détruire les laboratoires clandestins.

« Les résultats de l’opération Icebreaker sont certes remarquables, mais ce qui est tout aussi important, sinon plus, est l’excellente coopération que nous avons vue entre les différents services participants : elle est la base solide sur laquelle nous pourrons nous appuyer pour les opérations à venir », a déclaré M. Bernd Rossbach, Directeur de l’unité d’INTERPOL chargée de la lutte contre la criminalité spécialisée.

« Cette opération envoie par ailleurs un message fort aux réseaux criminels responsables du trafic en les avertissant que nous continuerons à travailler avec l’Organisation mondiale des douanes, l’Organe international de contrôle des stupéfiants et tous les services concernés afin de les mettre au jour et de traduire leurs membres en justice », a ajouté M. Rossbach.

« Des opérations de police bien coordonnées et ciblées menées avec des partenaires tels qu’INTERPOL et l’OICS peuvent aboutir aux résultats qu’attendent les gouvernements et le public dans le cadre de notre mission, qui est de protéger la santé et la sécurité des citoyens du monde », a déclaré M. Gaozhang Zhu, Directeur du Contrôle et de la facilitation à l’OMD, en soulignant que la coopération permet d’obtenir de meilleurs résultats, comme le démontre une nouvelle fois l’opération Icebreaker.

M. Rossen Popov, Chef de la section Contrôle des précurseurs de l’OICS, a également rappelé que la coopération a été un facteur essentiel du succès de l’opération. « INTERPOL est l’un de nos principaux partenaires, particulièrement dans l’échange de renseignements et dans d’autres activités opérationnelles visant à mettre en évidence de nouvelles tendances et méthodes de trafic de précurseurs et de production illicite de drogue, ainsi que dans les enquêtes sur les auteurs de ces infractions », a déclaré M. Popov.

Bénéficiant du soutien du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) du Canada, l’opération Icebreaker est la première d’une série d’actions qui seront menées dans la région Amériques en vue de renforcer les capacités régionales pour mieux combattre et pour démanteler les réseaux criminels organisés impliqués dans le trafic.

« Cette opération montre clairement les résultats pouvant être obtenus en travaillant en partenariat et en coopérant par-delà les juridictions et les frontières dans la lutte contre la criminalité organisée transnationale », a déclaré M. Bob Paulson, Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada et Délégué pour les Amériques auprès du Comité exécutif d’INTERPOL. « Les liens entre les pays membres de l’Organisation se renforcent à mesure que nous progressons dans la mise en place d’opérations fondées sur le renseignement telles qu’Icebreaker ».

Plusieurs formations ont eu lieu au Panama, en Jamaïque et au Mexique afin de réunir des agents des différents organismes concernés et de permettre ainsi un large échange d’informations et l’établissement de réseaux de communication solides avant le lancement de l’opération, qui s’est déroulée de septembre à décembre 2012.

L’un des aspects essentiels de ces formations est d’apprendre aux participants à utiliser les outils et services d’INTERPOL, notamment son système mondial de communication policière sécurisée qui permet d’accéder en temps réel aux bases de données de l’Organisation, en particulier à celle sur les malfaiteurs recherchés au niveau international et à celles sur les documents de voyage volés/perdus et les véhicules automobiles volés.