All news
|
Print
05 juillet 2011 - Media release

Curaçao prévoit de renforcer la protection de ses frontières en étant directement relié aux bases de données d'INTERPOL

WILLEMSTAD (Curaçao) – Donner plus de moyens aux services chargés de l’application de la loi du monde entier pour lutter contre la criminalité transnationale, tel a été l’un des principaux thèmes abordés lors de la série de rencontres qui ont eu lieu entre de hauts responsables de Curaçao et le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Dans le prolongement des entretiens entre le chef d’INTERPOL, le gouverneur de Curaçao Frits Goedgedrag, le Premier ministre Gerrit Schotte, et le ministre de la Justice Elmer Wilsoe, un accès direct aux bases de données mondiales d’INTERPOL sera bientôt mis en place à l’aéroport international de Curaçao, avant d’être déployé à d’autres points de contrôle aux frontières dans tout le pays.

L’installation des solutions techniques mises au point par INTERPOL permettra aux fonctionnaires des services chargés de l’application de la loi affectés  aux principaux postes-frontières de vérifier en un instant si une personne tente d’entrer dans un pays avec un document de voyage frauduleux enregistré dans la base de données sur les documents de voyage volés et perdus d’INTERPOL, qui contient à l’heure actuelle plus de 28 millions d’enregistrements transmis par 158 pays.

Le Secrétaire Général Noble a déclaré que la décision de Curaçao de renforcer sa collaboration avec INTERPOL témoigne clairement de la volonté du pays de garantir la sûreté et la sécurité de ses citoyens comme des visiteurs.

« Les déplacements internationaux étant plus nombreux que jamais – près de 2,5 milliards de personnes ayant pris l’avion dans le monde au cours de la seule année 2010 –, la nécessité de contrôler les voyageurs et leurs documents en interrogeant les bases de données mondiales d’INTERPOL constitue une mesure de sécurité aussi simple qu’essentielle, que les pays peuvent et doivent adopter », a déclaré M. Noble.

« La décision de Curaçao de faire partie des pays ayant mis en place un tel système doit être saluée comme un important maillon supplémentaire dans une chaîne mondiale qui réduira les possibilités qu’ont les malfaiteurs et les fugitifs de passer à travers les mailles du filet et de se soustraire à l’arrestation », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Par ailleurs, au cours de sa mission de deux jours (les 4 et 5 juillet) à Curaçao, la première en tant que Secrétaire Général, M. Noble a rencontré le Procureur général M. Dick Piar, ainsi que le Directeur de la police et Chef du Bureau central national INTERPOL de Willemstad, M. Richenel Theophilo Meulens, et a également visité l’école nationale de police.

Curaçao’s plans to work even more closely with INTERPOL were discussed in meetings between Secretary General Noble and (respectively) Prime Minister Schotte, Governor Goedgedrag, Attorney General Piar, and Chief Commissioner of Police and Head of NCB Meulens and colleagues.