All news
|
Print
27 août 2013 - Media release

La visite du chef d’INTERPOL aux Comores souligne le rôle de la région pour la sécurité mondiale

MORONI (Comores) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a rencontré le Président des Comores, M. Ikililou Dhoinine, dans le cadre des efforts déployés aux fins du renforcement de la coopération nationale et régionale entre les services chargés de l’application de la loi via l’organisation mondiale de police pour les besoins de la lutte contre les menaces criminelles transnationales.

Pendant sa visite officielle aux Comores, M. Noble s’est entretenu avec le Président Dhoinine, ainsi qu’avec de hauts responsables du gouvernement et de la police. Les discussions ont porté sur l’action menée pour doter les policiers de première ligne de moyens d’agir, grâce au déploiement des outils et des services de police mondiaux d’INTERPOL au-delà du Bureau central national (B.C.N.) de Moroni, et à l’intensification des mesures de formation et de renforcement des capacités de la police.

Devant la criminalité qui sévit aux Comores et dans d’autres pays de la région – notamment la piraterie maritime, le trafic de drogues et le trafic d’êtres humains –, le Président Dhoinine a déclaré : « Il est important que les pays de la région collaborent avec INTERPOL pour mieux protéger leurs citoyens de la criminalité transfrontalière ».

Évoquant la menace de la piraterie maritime dans la région, M. Noble a rappelé l’affaire du navire Aly Zoulficar, battant pavillon comorien, détourné en novembre 2011 après avoir quitté Moroni en direction de Dar Es-Salaam (Tanzanie) ; 29 personnes avaient été prises en otage, dont huit ressortissants comoriens. Un membre d’équipage comorien avait trouvé la mort pendant ce détournement qui a débouché sur l’arrestation, le jugement et la condamnation de 12 pirates.

Après cet événement, la Cellule spécialisée dans la lutte contre la piraterie maritime (MPTF) d’INTERPOL a envoyé une équipe aux Comores, en mai 2012, pour évaluer les capacités d’enquête du pays en matière d’infractions liées à la piraterie maritime, et contribuer au renforcement de ces capacités.

En novembre 2012, des fonctionnaires des services chargés de l’application de la loi comoriens ont en outre participé à une initiative de formation à Yaoundé (Cameroun), organisée par la Direction du Renforcement des capacités et de la formation d’INTERPOL afin de développer l’utilisation des diverses notices internationales INTERPOL dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Les Comores sont aussi l’un des 62 pays membres d’INTERPOL ayant officiellement reconnu le Document de voyage d’INTERPOL, qui permet aux fonctionnaires d’INTERPOL et aux policiers de se déplacer au niveau international dans le cadre de missions officielles sans avoir besoin de visa lorsqu’ils aident les pays dans le cadre de déploiements urgents ou d’enquêtes transnationales concernant des infractions graves, y compris des actes de terrorisme.

« Les autorités comoriennes savent que la criminalité ne connaît pas de frontières et que le renforcement de la coopération policière internationale est dès lors essentiel pour lutter efficacement contre la criminalité transnationale et renforcer la sécurité de tous les citoyens », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

M. Noble a ajouté que sa première mission officielle aux Comores avait été l’occasion de constater directement les besoins du pays en matière de sécurité et de déterminer de quelle manière INTERPOL peut continuer à contribuer à la protection de ses citoyens contre la criminalité. Les Comores sont le 170ème pays membre à recevoir la visite officielle de M. Noble depuis sa première élection au poste de Secrétaire Général, en 2000.

Pendant sa visite, M. Noble a également rencontré le Ministre de l’Intérieur, M. Houssen Hassane Ibrahim, le Chef de la Police et Chef du B.C.N. de Moroni, M. Abou Achirafi Ali Bacar, ainsi que le personnel du B.C.N.