All news
|
Print
12 juillet 2013

Réunion antiterroriste d’INTERPOL axée sur la menace des « combattants étrangers »

LYON (France) – La menace que représentent les combattants transnationaux qui se rendent dans les zones de conflit du Moyen-Orient pour s’entraîner et acquérir de l’expérience au combat a été au centre d’une réunion opérationnelle qui s’est tenue au siège du Secrétariat général d’INTERPOL.

Organisée par le Groupe Fusion (FTF) d’INTERPOL à la demande de pays membres européens, cette réunion a rassemblé 25 spécialistes de la lutte antiterroriste de 13 pays afin qu’ils échangent des informations sur des affaires en cours ou récemment classées, des évaluations de menaces, des profils de suspects, des réseaux de recrutement, des itinéraires, ainsi que sur le processus de radicalisation et les méthodes d’incitation à devenir combattant.

Alors qu’un nombre croissant de combattants transnationaux ou « étrangers » rejoignent les factions liées au terrorisme dans les zones de conflit du Moyen-Orient, les deux jours de travaux (2 et 3 juillet) ont permis aux participants de mieux comprendre cette menace en pleine expansion et d’avoir une vision plus précise de la réponse multilatérale qu’il convient de lui apporter.

La réunion a notamment recommandé qu’INTERPOL élabore des rapports d’analyse étudiant l’ampleur des activités des combattants étrangers dans les zones de conflit du Moyen-Orient, les facteurs favorisants, les méthodes d’incitation et le recrutement.

Les participants ont en outre convenu de partager les informations relatives aux déplacements imminents des combattants transnationaux par l’échange d’informations et leur communication aux pays « à risque » soutenus par le Groupe Fusion.

Les participants ont également préconisé une utilisation accrue des outils et services mondiaux d’INTERPOL tels que les diffusions et les notices – en particulier les notices bleues, qui visent à obtenir des informations sur le lieu de séjour et les activités d’une personne.

Créé en 2002 et composé de policiers ayant une grande expérience de la lutte contre le terrorisme, le Groupe Fusion d’INTERPOL a une approche multidisciplinaire de l’aide aux pays membres en matière d’enquêtes liées au terrorisme, et travaille de manière collective dans le cadre de projets régionaux et portant sur des menaces précises.

Les pays représentés à la réunion étaient les suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Espagne, États-Unis, Italie, Malaisie, Pays-Bas, Suède, Suisse, Turquie.