All news
|
Print
30 novembre 2012

Le Mozambique cherche à renforcer la sécurité environnementale en accueillant un séminaire INTERPOL

MAPUTO (Mozambique) ‒ Les autorités de lutte contre les atteintes à l’environnement du Mozambique ont fait un premier pas en faveur de l’amélioration de la protection de l’environnement dans le pays en accueillant un Séminaire national INTERPOL sur la sécurité environnementale (National Environmental Security Seminar, NESS).

Cette réunion de deux jours (19 et 20 novembre), organisée par le ministère de l’Intérieur, a vu la participation de fonctionnaires de sept services de police du pays, parmi lesquels celui chargé des forêts, des espèces sauvages et de l’environnement, et le Bureau central national INTERPOL de Maputo.

Un Séminaire national sur la sécurité environnementale (NESS) constitue la première étape de la mise en place d’un Groupe d’appui national pour la sécurité environnementale (NEST), une initiative menée dans le cadre du Programme INTERPOL sur les atteintes à l’environnement afin de faire travailler en synergie tous les services nationaux chargés de faire respecter les lois sur l’environnement.

Lors de ce séminaire, des questions cruciales telles que l’exploitation forestière illégale et le braconnage visant les éléphants et les rhinocéros ont été abordées. D’autres initiatives INTERPOL ont été évoquées, notamment les projets Wisdom et LEAF, qui sont activement soutenus par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et l’Agence norvégienne de coopération pour le développement (NORAD).

Les autorités du Mozambique œuvrent en faveur de la criminalisation des atteintes à l’environnement afin que la législation soit mieux respectée. Les participants au séminaire ont exprimé leur volonté de coopérer davantage avec INTERPOL pour faire progresser la lutte contre ce type d’activités dans le pays.

« Les actions menées par le Mozambique sont un espoir pour tous les pays d’Afrique qui veulent trouver des solutions pour renforcer leurs capacités de lutte contre la criminalité environnementale », a déclaré David Higgins, chef du Programme INTERPOL sur les atteintes à l’environnement.

Les participants se sont par ailleurs dits préoccupés par le manque de formation dans ce domaine. Pour répondre à cette préoccupation, INTERPOL va renforcer son soutien au Mozambique en organisant par exemple une session de renforcement des capacités début 2013.

« Le Mozambique est déterminé à progresser, afin que les actions de lutte contre les atteintes à l’environnement comptent parmi les activités quotidiennes. INTERPOL est heureux de pouvoir prêter un concours actif au pays par l’intermédiaire des formations à venir », a indiqué Marco Araújo de Lima, responsable des opérations du Programme INTERPOL sur les atteintes à l’environnement.

Lors du séminaire, INTERPOL a alerté les autorités locales concernant un nouveau mode de dissimulation utilisé pour le commerce illicite de cornes de rhinocéros et mis en évidence au cours d’une opération récemment organisée à l’aéroport de Maputo, qui a abouti à la saisie de six cornes de rhinocéros et à l’arrestation d’une personne.