All news
|
Print
20 octobre 2011 - Media release

INTERPOL et la CPI exhortent Saif Al-Islam Gaddafi à se constituer prisonnier et demandent sa mise en sécurité et son transfert vers La Haye

La mort du Colonel Gaddafi accentue la pression sur son fils, qui fait l’objet d’une notice rouge et est toujours en fuite


LYON (France) – Suite à la confirmation de la mort du Colonel Gaddafi par le Conseil national de transition, INTERPOL et la Cour pénale internationale (CPI) ont appelé Saif Al-Islam Gaddafi à se rendre. Les deux institutions assureront la coordination avec les pays membres d’INTERPOL afin de le transférer en toute sécurité vers La Haye, où il est attendu pour répondre d’accusations de crimes contre l’humanité, notamment de meurtre et de persécution.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, et le Procureur de la CPI, M. Luis Moreno Ocampo, ont aujourd’hui exhorté le fils de l’ancien dirigeant libyen à se constituer prisonnier et demandé instamment aux autorités du pays dans lequel il se cache de garantir et de faciliter son transfert sécurisé vers les Pays-Bas afin qu’il soit présenté à la justice.

« Après en avoir discuté avec M. Moreno Ocampo, nous sommes convenus qu’il est dans l’intérêt de Saif Al-Islam Gaddafi et dans celui de la justice qu’il se rende le plus rapidement possible et réponde des accusations portées contre lui », a déclaré le Secrétaire Général.

« Depuis que notre aide a été sollicitée, INTERPOL a collaboré avec la CPI et le Conseil national de transition de la Libye afin que les personnes recherchées pour divers crimes graves soient localisées, arrêtées et traduites en justice », a ajouté le chef d’INTERPOL.

« Le Colonel Gaddafi ne pourra pas répondre des accusations de crimes portées contre lui, c’est pourquoi il est d’autant plus important que les personnes de son entourage proche qui sont toujours en fuite soient capturées et confrontées à leurs accusateurs afin que le droit puisse s’appliquer. »

Nous appelons par conséquent tous les pays membres à collaborer avec la CPI et INTERPOL afin que Saif Al-Islam Gaddafi puisse être transféré vers La Haye en toute sécurité dès qu’il se sera constitué prisonnier », a conclu le chef de l’organisation mondiale de police.

Depuis le siège du Secrétariat général d’INTERPOL, à Lyon (France), l’unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite maintiendra un contact étroit avec la CPI, le Bureau central national INTERPOL de Tripoli et les 187 autres pays membres en vue de localiser les autres individus faisant l’objet d’une notice rouge.

Le Centre de commandement et de coordination d’INTERPOL reste opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 afin de faciliter la communication entre Saif Al-Islam Gaddafi ou toute personne dont l’arrestation a été demandée par la CPI et les services chargés de l’application de la loi compétents.