All news
|
Print
07 juin 2013 - Media release

Accord entre INTERPOL et le MERCOSUR pour intensifier les échanges d’informations de police au niveau régional et mondial

MONTEVIDEO (Uruguay) – Un accord signé aujourd’hui entre INTERPOL et le Marché commun du Sud (MERCOSUR) simplifiera encore la coopération entre les services chargés de l’application de la loi aux niveaux régional et mondial grâce à l’intensification des échanges d’informations de police.

Au titre de cet accord, les bases de données mondiales d’INTERPOL seront reliées au Système d’échange d’informations de sécurité du MERCOSUR (SISME), qui rassemble déjà les bases de données nationales de ses 10 États membres – l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Équateur, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela –, permettant aux utilisateurs autorisés d’interroger simultanément les deux systèmes et d’éviter les doubles emplois et des lacunes importantes en matière d’information.

Désormais, en procédant à des vérifications dans SISME, les policiers recevront également des informations contenues dans les bases de données d’INTERPOL, y compris sur les individus recherchés au niveau international, les personnes disparues, les modes opératoires des malfaiteurs, les caractéristiques de contrefaçons et les saisies en relation avec un trafic.

En signant cet accord lors de la réunion ministérielle du MERCOSUR à Montevideo, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré : « la connexion de ces deux bases de données importantes sera réellement et directement utile aux policiers sur le terrain, qui pourront désormais élargir leurs recherches au monde entier, et ce, immédiatement ».

« L’obtention d’informations de police internationales aux niveaux national et régional est essentielle pour prévenir et détecter la criminalité, et cet accord contribuera à améliorer la sûreté et la sécurité des citoyens, non seulement dans la région du MERCOSUR, mais dans le monde entier », a ajouté le Chef d’INTERPOL.

Pendant sa mission en Uruguay, M. Noble a également rencontré le Ministre de l’Intérieur, M. Edison Eduardo Bonomi Varela, et le Directeur de la Police nationale, M. Julio Guarteche.

Se félicitant de cet accord, M. Bonomi a déclaré que celui-ci montrait « la valeur ajoutée de l’action d’INTERPOL pour la coopération mondiale entre les services chargés de l’application de la loi, une action qui permet y compris aux pays les plus éloignés des Amériques de consulter les enregistrements relatifs à l’activité criminelle régionale ».

La délégation d’INTERPOL, de laquelle faisaient partie le Directeur de Cabinet, Mme Roraima A. Andriani, et le Chef du Bureau régional INTERPOL de Buenos Aires, M. Rafael Pena-Hernández, s’est également rendue au Bureau central national à Montevideo, où elle a été informée des dernières activités de ce Bureau.

L’accord avec le MERCOSUR s’appuie sur le soutien solide déjà fourni par le Bureau régional d’INTERPOL à Buenos Aires, qui a contribué à coordonner et à appuyer une série d’opérations dans divers domaines de criminalité.

Citons notamment l’Opération Spartacus, menée en juillet 2012, une initiative de lutte contre la traite d’êtres humains qui a permis de porter secours à 357 victimes et d’opérer 197 arrestations ; et l’Opération INFRA-SA (pour International Fugitive Round-Up and Arrest - South America), qui ciblait des personnes recherchées au niveau international pour des infractions graves – meurtres, enlèvements, faits de criminalité organisée, abus pédosexuels, etc. – et susceptibles de se cacher en Amérique du Sud. L’opération a permis d’arrêter ou de localiser 89 personnes.