All news
|
Print
22 février 2013 - Media release

Le rôle du Pacifique Sud sur le plan de la sécurité régionale et mondiale au centre de la visite du chef d’INTERPOL

La mission du Secrétaire Général dans la région débute par sa première visite officielle en Papouasie-Nouvelle-Guinée


PORT MORESBY (Papouasie-Nouvelle-Guinée) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a entrepris une série de déplacements dans le Pacifique Sud (22 février – 1er mars), à l’occasion desquels il se rendra pour la première fois en visite officielle dans cinq pays en vue de renforcer la coopération policière régionale et internationale ainsi que les capacités en matière de lutte contre des infractions telles que le trafic de drogue et d’êtres humains.

M. Noble s’est d’abord rendu en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il a évoqué, vendredi, avec le Ministre de la Police, M. Nixon Duban, et avec le Directeur de la Police et Chef du Bureau central national INTERPOL de Konedobu, M. Toami Kulunga, le renforcement de la collaboration entre le pays et le réseau mondial de l’Organisation, les partenariats régionaux et l’ouverture aux policiers de première ligne de l’accès aux outils et services INTERPOL, notamment à I-24/7, le système de communication policière sécurisée.

« La Papouasie-Nouvelle-Guinée considère qu’une coopération accrue avec INTERPOL est essentielle à la sécurité de ses citoyens et à la poursuite de son développement économique », a déclaré M. Duban.

À cette fin, le Ministre de la Police a souligné la nécessité qu’INTERPOL mette en place son système de pointe pour le contrôle des passeports dans le principal aéroport international du pays, à Port Moresby « afin que nous puissions nous assurer que seuls les titulaires de passeports valides entreront en Papouasie-Nouvelle-Guinée ».

Lors de sa mission, M. Noble insistera sur le rôle du Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII), qui doit ouvrir ses portes à Singapour début 2014 et axera ses activités sur l’innovation dans les domaines du renforcement des capacités et de la cybercriminalité.

M. Noble encouragera également à l’adoption du Document de voyage INTERPOL, déjà reconnu par 59 pays à ce jour. Ce document vise à permettre aux fonctionnaires d’INTERPOL et aux policiers de se déplacer au niveau international dans le cadre de missions officielles pour le compte de l’Organisation sans avoir besoin de visa lorsqu’ils participent à des enquêtes transnationales ou à des déploiements urgents.

À cet égard, M. Duban a ajouté : « J’ai assuré M. Noble que la Papouasie-Nouvelle-Guinée va s’engager à reconnaître le passeport INTERPOL, afin d’aider nos fonctionnaires chargés de l’application de la loi et le personnel d’INTERPOL à éviter les formalités administratives superflues lorsqu’ils se déplacent à l’étranger dans le cadre d’une mission officielle à la demande de pays membres de l’Organisation ».

Soulignant sa « volonté d’appréhender directement les besoins des pays membres et de trouver des moyens par lesquels INTERPOL peut les aider à protéger leurs citoyens et à lutter contre la criminalité au niveau international », le voyage du chef d’INTERPOL dans la région le conduira également à Tonga, aux Fidji, à Nauru et aux îles Marshall.

Cette mission marquera la 165ème visite de M. Noble dans un pays membre depuis sa première élection à la fonction de Secrétaire Général, en 2000.