All news
|
Print
24 avril 2012 - Media release

Le Chef d’INTERPOL salue la contribution des Chefs de police d’Europe du Sud-Est à la sécurité régionale et mondiale

BUDVA (Monténégro) – Lors d’un discours prononcé devant les Chefs de police d’Europe du Sud-Est, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré que leur dévouement et leur détermination à collaborer constituaient un exemple de ce qui peut être accompli pour lutter contre la criminalité transnationale régionale.

S’exprimant à l’occasion de la Conférence sur la cybercriminalité, organisée conjointement par l’Association internationale des chefs de police (AICP) et l’Association des chefs de police d’Europe du Sud-Est (SEPCA), et de l’Assemblée générale de la SEPCA, le chef de l’organisation mondiale de police a souligné que l’élargissement de l’accès aux bases de données d’INTERPOL au-delà des Bureaux centraux nationaux (B.C.N.) dans les neuf pays membres de la SEPCA était un modèle à suivre pour les autres régions du monde.

Les professionnels de l’application de la loi en poste à des points stratégiques de l’Albanie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Bulgarie, de la Croatie, de la Moldova, de l’ex-République yougoslave de Macédoine, de la Roumanie et de la Serbie sont désormais en mesure de procéder à des vérifications instantanées dans les bases de données d’INTERPOL.

En 2011, les pays de la région de la SEPCA ont effectué 50 millions de vérifications dans la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus, générant ainsi plus de 3 000 messages d’alerte concernant des personnes tentant de voyager avec un document frauduleux. De plus, 22 millions de vérifications ont été effectuées sur des individus, ce qui a permis d’obtenir des informations de police vitales sur près de 25 000 personnes connues des services chargés de l’application de la loi du monde entier.

Le Secrétaire Général Noble a déclaré que la conférence sur la cybercriminalité coorganisée avec l’AICP montre clairement que la région a conscience de la nécessité de lutter contre la criminalité dans le monde virtuel et d’assurer l’efficacité du travail de police sur le terrain.

« La cybercriminalité est le défi que nous devrons relever demain et qui nous forcera à réinventer le modèle traditionnel de gestion de la police, dans la mesure où l’expertise nécessaire pour lutter contre cette forme de criminalité sera davantage entre les mains du secteur privé », a déclaré M. Noble, ajoutant qu’INTERPOL était déjà en train de prendre des mesures pour aider ses 190 pays membres à faire face à cette menace.

« Le Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, qui ouvrira ses portes en 2014 à Singapour, comprendra un service Innovation, recherche et sécurité numérique, qui travaillera en collaboration avec les 190 pays membres de l’Organisation et le secteur privé afin de mettre au point des solutions innovantes pour lutter contre la cybercriminalité. »

« Grâce à l’engagement et à la vision des chefs de police d’Europe du Sud-Est, la SEPCA comptera parmi les principaux acteurs de la sécurité mondiale de demain », a conclu le chef d'INTERPOL.

Au cours de son entretien avec le Premier ministre, M. Igor Lukšić, le Secrétaire Général Noble a salué les efforts du B.C.N. du Monténégro à Podgorica, qui a mis en œuvre autant d’outils et de services INTERPOL afin de contribuer à la sécurité des citoyens du pays et des visiteurs.

M. Noble a également indiqué que le Monténégro deviendrait le deuxième pays au monde à accueillir une cellule spéciale de soutien déployée par l’Organisation pendant la saison touristique estivale, durant laquelle la population de Budva passe de 20 000 à 100 000 personnes, afin que la police du Monténégro puisse accéder rapidement aux informations sur les touristes étrangers, en cas de besoin.

« Le Monténégro a prouvé à maintes reprises son attachement à une étroite coopération policière par le canal d’INTERPOL, afin de renforcer la sécurité et de contribuer au développement continu du pays », a conclu le Secrétaire Général Noble.