All news
|
Print
17 octobre 2012

L’Espagne organise une opération ciblant les réseaux criminels et le blanchiment de fonds, avec le soutien d’INTERPOL

MADRID (Espagne) – Près de 80 personnes ont été arrêtées dans toute l’Espagne et 10 millions d’euros saisis dans le cadre d’une opération de démantèlement de réseaux criminels originaires de Chine, qui se livraient au blanchiment de fonds et à d’autres infractions financières. 

L’Opération Emperador, organisée par la police espagnole avec le soutien d’INTERPOL, s’est traduite par plus de 120 perquisitions menées dans des zones industrielles, à bord de cargos et chez des particuliers, principalement à Madrid et Barcelone.

Plus de 300 policiers ont participé à cette opération, dirigée par l’Audiencia Nacional et le parquet anticorruption espagnol. Ont également pris part à l’opération les administrations chargées de l’économie et des impôts, le service de l’immigration, la police des frontières, les douanes et le Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL de Madrid.

Des liens avec d’autres pays ayant été mis en évidence au cours de l’enquête, INTERPOL a déployé, à la demande des autorités espagnoles, une Cellule de crise (IRT) chargée d’appuyer l’opération. Les membres de cette cellule ont facilité l’échange d’informations entre les services participants, procédé à des vérifications dans les bases de données d’INTERPOL et assuré la coordination avec d’autres B.C.N. ; ils ont également apporté leur aide pour la traduction de documents saisis au cours des opérations tels que des passeports et des livres comptables.

Parmi les individus arrêtés se trouvent un ressortissant chinois, chef présumé du réseau, ainsi qu’un conseiller municipal de Fuenlabrada, ville de la banlieue madrilène. Les autorités ont également saisi quelque 200 véhicules.

Cette opération est l’une des plus importantes menées à ce jour en Espagne contre le blanchiment de fonds et les infractions financières. Les enquêtes ont été ouvertes il y a deux ans, lorsque des irrégularités ont été découvertes dans les déclarations aux autorités fiscales espagnoles concernant des marchandises exportées de la Chine vers l’Espagne.