All news
|
Print
19 novembre 2011 - Media release

Le chef d’INTERPOL salue l’arrestation de Saif Al-Islam Gaddafi, qui marque une étape importante pour la justice libyenne

LYON (France) – L'arrestation de Saif Al-Islam Gaddafi a été saluée par le Secrétaire Général d'INTERPOL Ronald K. Noble, qui y voit un grand pas en avant pour que justice soit rendue au peuple libyen.

Le fils du colonel Gaddafi, âgé de 39 ans, faisait l'objet d'une notice rouge INTERPOL – ou avis de recherche international – publiée à la demande de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, à savoir meurtre et persécution. Il est actuellement en détention provisoire dans l'attente de son procès, suite à son arrestation à Ubari (dans le sud du pays).

« L'arrestation de Saif Al-Islam Gaddafi ce jour est une étape importante pour la nouvelle Libye », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

« Le placement de Gaddafi en détention provisoire, outre qu'il montre aux fugitifs qu’ils ne peuvent échapper indéfiniment aux poursuites, est également un signal clair pour le peuple libyen et les citoyens du monde entier. Il atteste que le Conseil national de transition continuera à faire la chasse à ces individus accusés de crimes et à les traduire en justice pour qu'ils répondent des charges qui pèsent sur eux ».

« Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, et moi-même, avons appelé Saif Al-Islam Gaddafi à se rendre après la mort du Colonel Gaddafi, afin que le droit puisse s’appliquer. Nous réitérons aujourd'hui cet appel en l'adressant à toutes les personnes de l’entourage proche du Colonel Gaddafi toujours en fuite », a conclu le chef d'INTERPOL.

La notice rouge publiée à la demande de la CPI à l'encontre de l’ex-directeur du renseignement militaire Abdullah Al-Senussi reste valable. Le service de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) au siège du Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon est en contact avec la CPI ainsi qu'avec le Bureau central national INTERPOL de Tripoli afin que tous les renseignements utiles concernant Al-Senussi et les autres personnes recherchées soient mis en commun et régulièrement actualisés.

Le service FIS a par ailleurs diffusé une alerte à l’ensemble des B.C.N. d’Afrique pour exhorter les pays membres à ne pas relâcher leur vigilance aux postes-frontières vis-à-vis des personnes recherchées qui pourraient tenter de se déplacer.