All news
|
Print
08 juin 2010 - Media release

La visite du ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine met l’accent sur le rôle clé joué par le réseau d’INTERPOL en matière d’amélioration de la sécurité au niveau national

LYON (France) – La collaboration et l’échange d’informations de police avec INTERPOL en vue de lutter contre la criminalité transnationale organisée, tels étaient les thèmes principaux de la visite rendue aujourd’hui au siège du Secrétariat général d’INTERPOL par le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine, M. Sadik Ahmetovic.

Au cours de leurs entretiens, M. Ahmetovic et le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, ont en particulier évoqué l’importance d’interroger la base de données mondiale d’INTERPOL lors des contrôles de passeports, afin de faciliter la détection des malfaiteurs en fuite et celle des liens avec la criminalité transnationale organisée et le trafic de stupéfiants.

En avril 2008, la Bosnie-Herzégovine a été l’un des premiers pays à ouvrir l’accès aux bases de données d’INTERPOL au-delà de son Bureau central national, permettant ainsi aux agents chargés des contrôles aux frontières de procéder à des vérifications instantanées dans la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD), qui contient aujourd’hui plus de 21 millions d’enregistrements provenant de quelque 150 pays, ainsi que dans la base de données sur les véhicules volés (SMV) de l’Organisation.

La Bosnie-Herzégovine est l’un des 21 pays d’Europe, dont 12 de l’espace Schengen, à avoir installé la technologie INTERPOL permettant d’effectuer des contrôles aux frontières en interrogeant la base de données SLTD, et l’un des principaux utilisateurs du système – rien qu’au cours des six premiers mois de l’année 2010, elle a effectué près de 1,2 million de recherches et généré 217 réponses positives.

Sur les 188 pays membres d’INTERPOL, la Bosnie-Herzégovine est le sixième utilisateur de la base de données sur les véhicules volés, et le 17ème utilisateur de la base de données sur les documents de voyage volés et perdus.

Le ministre Ahmetovic a déclaré que sa visite mettait en lumière l’étroite coopération entre son pays et INTERPOL, ainsi que le succès de celle-ci.

« La Bosnie-Herzégovine considère comme prioritaire d’assurer la sécurité de ses frontières et de faire en sorte que les membres des organisations criminelles transnationales ne puissent ni les franchir librement, ni circuler comme ils l’entendent sur son territoire », a indiqué le ministre Ahmetovic.

« Les statistiques d’INTERPOL attestent la coopération fructueuse entre nos services de police, nos services de contrôle aux frontières et les agents de notre Bureau central national INTERPOL, laquelle coopération permet d’assurer une sécurité optimale aussi bien en Bosnie-Herzégovine que dans l’ensemble de l’Europe », a ajouté le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine.

Le Secrétaire Général Noble a salué « le travail exemplaire accompli par la Bosnie-Herzégovine et son Bureau central national de Sarajevo qui, en mettant des informations vitales à la disposition des policiers de première ligne, font qu’il est beaucoup plus difficile pour les fugitifs d’échapper à l’arrestation ».

« La Bosnie-Herzégovine est l’un des pays les plus performants, non seulement en Europe, mais également dans le monde entier s’agissant d’empêcher les malfaiteurs dangereux d’utiliser des documents de voyage frauduleux et des véhicules volés pour franchir les frontières, et elle mérite d’être félicitée à ce titre », a indiqué le chef d’INTERPOL.

La Bosnie-Herzégovine apporte également son soutien au Projet BESA d’INTERPOL – qui cible les organisations criminelles d’Europe du Sud-Est, et a abouti en mars dernier à l’arrestation de cinq hommes ainsi qu’à la saisie de plus de six kilos d’héroïne dans l’ex-République yougoslave de Macédoine.

La délégation a par ailleurs rencontré des officiers spécialisés du Secrétariat général afin d’évoquer les projets INTERPOL de lutte contre le trafic d’êtres humains et la criminalité organisée, parmi lesquels le Projet PINK PANTHERS, qui coordonne les enquêtes internationales sur les vols à main armée commis dans des bijouteries de luxe du monde entier.