All news
|
Print
20 mai 2008 - Media release

Réunion régionale en Iran pour promouvoir l’initiative d’INTERPOL d’un "Bouclier" antiterroriste en Asie centrale

TÉHÉRAN (Iran) – La nécessité d’une approche proactive et pluridisciplinaire dans les enquêtes liées au terrorisme est au centre des débats de la quatrième réunion du groupe de travail sur le projet Kalkan – l’initiative antiterroriste actuellement menée par INTERPOL en Asie centrale –, qui s’ouvre aujourd’hui à Téhéran.

Cette réunion de deux jours rassemblant des pays d’Asie centrale, mais également d’Afrique, d’Asie et d’Europe, dressera le bilan des progrès accomplis dans les 19 pays qui sont au cœur de ce projet régional mené en collaboration. Il y sera en particulier question des initiatives antiterroristes et des affaires opérationnelles, du financement du terrorisme et des modes de recrutement des groupes terroristes.

Le projet Kalkan – dont le nom signifie Bouclier en Asie centrale – constitue l’une des principales composantes régionales du Groupe Fusion (FTF) d’INTERPOL, qui englobe plusieurs régions et qui a été crée en 2002 afin d’identifier les groupes terroristes en activité et de recueillir, partager et analyser les informations et les renseigements relatifs à leurs agissements. Lancé en 2004 à la suite d’une série d’attentats perpétrés à Tachkent, le projet Kalkan, qui comptait initialement seulement cinq pays participants, permet aujourd’hui à 60 pays membres d’INTERPOL d’échanger des informations ayant trait au terrorisme.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, qui effectuait sa première visite en Iran, a déclaré aux participants dans son discours d’ouverture que les résultats confirmaient que le projet Kalkan est un excellent exemple d’approche collective et cohérente de la sécurité dans la région, et que la situation avait beaucoup évolué depuis 2004, où l’utilité des outils mondiaux en matière de sécurité régionale était quelque peu méconnue.

"Il est clair que l’une des responsabilités d’INTERPOL envers ses 186 pays membres est de maintenir et de développer des alliances stratégiques avec des groupements régionaux et des organisations internationales dont les objectifs sont compatibles avec les buts d’INTERPOL," a déclaré le Secrétaire Général. "INTERPOL s’emploiera donc en permanence à associer ses activités, son réseau et les ressources dont il dispose à de telles initiatives régionales afin de lutter contre le terrorisme et la criminalité mondiale."

Au cours des trois années qui ont suivi le lancement du projet, 176 arrestations confirmées de terroristes recherchés originaires de la région, faisant l’objet de notices ou de diffusions INTERPOL, ont été opérées dans plusieurs pays. Il est intéressant de noter que 140 de ces 176 arrestations ont eu lieu en Europe, ce qui indique nettement que le terrorisme dans la region revêt une importante dimension internationale, et explique pourquoi le projet Kalkan rassemble désormais plus de 60 pays de toutes les régions du monde, ainsi que l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, partenaire institutionnel de premier plan.

Avec les différents projets du Groupe Fusion – Kalkan (Asie centrale), Amazon (Amérique centrale et Amérique du Sud), Pacific (Asie du Sud-Est), Nexus (Europe), Moyen-Orient et Baobab (Afrique) –, un réseau de près de 200 officiers de contact couvrant le monde entier a été constitué, qui permet à ces derniers d’échanger entre eux et avec INTERPOL des milliers de messages sur des terroristes présumés et d’élaborer les profils d’individus suspects qui seront enregistrés dans le fichier du Groupe consacré aux terroristes.