All news
|
Print
16 avril 2008

La Belgique demande la publication de notices rouges INTERPOL pour des prisonniers évadés

LYON (France) – INTERPOL a publié des notices rouges – ou notices internationales de personnes recherchées – à l’encontre de deux malfaiteurs qui se sont évadés d’une prison belge le 14 avril.

À la suite de l’évasion de Sheptim Murati et Kassim Geibi de la prison de Verviers, les autorités belges ont contacté le Centre de commandement et de coordination (CCC) du Secrétariat général d’INTERPOL, lequel a diffusé une alerte mondiale à l’intention des 186 pays membres de l’organisation.

Geibi, 41 ans, avait été condamné à la réclusion à perpétuité pour plusieurs infractions dont un vol avec violence avec circonstances aggravantes (meurtre). Murati, 35 ans, purgeait une peine de trois ans de prison pour association de malfaiteurs.

Les autorités belges ont approuvé la diffusion publique de notices rouges concernant ces individus afin d’aider les pays à retrouver les malfaiteurs en fuite.

"L’un des rôles les plus importants d’INTERPOL est d’aider les services chargés de l’application de la loi du monde entier à protéger le public contre les dangereux fugitifs tels que ces deux hommes", a déclaré le Directeur exécutif des services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

"La notice rouge d’INTERPOL est un outil d’application de la loi particulièrement efficace à même d’aider les services de police en Belgique et ailleurs à localiser et à arrêter ces deux détenus évadés qui représentent une menace pour la sûreté publique. La publication de notices rouges INTERPOL, à la demande de la Belgique, augmente considérablement les chances qu’ils soient arrêtés, quel que soit le lieu où ils tentent de se soustraire à la justice."

En 2007, un record a été établi avec la publication de 3 131 notices rouges et l’arrestation de 562 individus faisant l’objet de ce type de notices.

Les notices rouges sont non seulement stockées dans la base de données centrale d’INTERPOL – qui peut être consultée par tous les pays membres –, mais elles peuvent également être enregistrées dans les bases de données et les systèmes de surveillance des frontières des services nationaux chargés de l’application de la loi.

Pour de nombreux pays membres d’INTERPOL, la notice rouge a valeur de demande d’arrestation provisoire en vue d’extradition. Tous les pays membres de l’organisation peuvent demander la publication d’une notice de ce type au Secrétariat général. Diffusée dans les quatre langues officielles de l’organisation – l’anglais, l’arabe, l’espagnol et français –, une notice rouge demeure valide tant que le malfaiteur recherché n’a pas été extradé.