All news
|
Print
18 février 2008

La police indienne arrête un médecin faisant l’objet d’une enquête pour transplantations illégales

Un médecin soupçonné d’être responsable de centaines de transplantations illégales de reins en Inde a été arrêté par la police à New Delhi.

Jeevan Rawat, 36 ans, qui faisait l’objet d’une notice rouge INTERPOL publiée à la demande des autorités indiennes, a été placé en détention dimanche 17 février. Au début du mois, la police népalaise avait arrêté Amit Kumar, 40 ans, faisant lui aussi l’objet d’une notice rouge pour sa participation présumée aux transplantations.

Les notices rouges concernant ces deux individus ont été publiées le 31 janvier à la demande des autorités indiennes, après la découverte par la police d’un hôpital clandestin installé dans une maison, à Gurgaon près de Delhi. Les deux hommes faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt national pour transplantations illégales de reins, tromperie et association de malfaiteurs.

Au cours des huit dernières années, ils auraient opéré de force quelque 500 personnes, prélevant leurs reins et les transplantant sur des patients étrangers dans une salle d’opération clandestine.

De nombreux pays membres d’INTERPOL reconnaissent à la notice rouge la valeur d’une demande d’arrestation provisoire en vue d’extradition d’une personne recherchée. La publication d’une notice rouge peut être demandée par n’importe lequel des 186 pays membres d’INTERPOL. Elle est effectuée par le Secrétariat général d’INTERPOL, situé à Lyon (France).

Actuellement, près de 14 000 notices rouges INTERPOL – notices internationales de personnes recherchées – sont en circulation. En 2007, les services de police ont arrêté dans le monde près de 600 individus faisant l’objet d’une notice rouge.