All news
|
Print
26 août 2013 - Media release

Le renforcement de la sécurité nationale et régionale au centre de la visite du chef d’INTERPOL à Madagascar

ANTANANARIVO (Madagascar) – Lors de sa première mission officielle à Madagascar, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a rencontré de hauts responsables malgaches afin d’examiner avec eux les menaces en matière de criminalité pesant sur le pays et la région, et de trouver des moyens de renforcer la coopération via INTERPOL entre les services chargés de l’application de la loi malgaches et leurs homologues du monde entier.

Les entretiens de M. Noble et du Ministre de la Sécurité intérieure, M. Arsène Rakotondrazaka, ont en particulier porté sur le renforcement des capacités de la Police nationale et l’ouverture au-delà du Bureau central national (B.C.N.) d’Antananarivo, aux fonctionnaires de première ligne, de l’accès aux outils et services mondiaux d’INTERPOL, de manière à lutter plus efficacement contre des formes de criminalité telles que le trafic d’êtres humains ou de drogues et la piraterie maritime.

« Avec la mondialisation, la criminalité est devenue de plus en plus complexe. Aujourd’hui, les membres des organisations criminelles franchissent les frontières physiques et virtuelles avec une telle rapidité que les capacités des services chargés de l’application de la loi nationaux sont mises à rude épreuve. INTERPOL est la seule organisation capable de connecter les services de police du monde entier afin de leur permettre de prévenir et de combattre cette grande criminalité transnationale d’un nouveau type », a déclaré le Ministre Rakotondrazaka.

« Lorsque les outils mondiaux d’INTERPOL sont directement accessibles aux policiers de première ligne, la coopération policière internationale s’en trouve renforcée et l’aide apportée par l’Organisation à ses pays membres est considérablement plus efficace », a affirmé le Secrétaire Général Noble.

Le réseau mondial de communication sécurisée I-24/7 d’INTERPOL relie plus de 23 000 utilisateurs dans ses 190 pays membres, c’est-à-dire dans le monde entier, donnant accès à plus de 45 millions d’informations de police qui peuvent correspondre aussi bien à des personnes recherchées qu’à des documents de voyage perdus ou volés, à des empreintes digitales ou à des profils d’ADN enregistrés dans les bases de données de l’Organisation et qu’elle met à la disposition de ses pays membres.

Le nombre des recherches effectuées dans ces bases de données ayant atteint le milliard en 2012, M. Noble a souligné lors de sa visite toute la valeur ajoutée qu’elles représentent pour la police et la justice.

À cet égard, le Secrétaire Général a rappelé la participation de Madagascar au Projet EVEXI (Evidence Exploitation Initiative) d’INTERPOL, qui a pour objet de mettre en place des procédures visant à renforcer les capacités de six pays d’Afrique de l’Est (le Kenya, Madagascar, les Maldives, Oman, les Seychelles et la Tanzanie) en matière de recueil de renseignements concernant la piraterie maritime et de collecte d’éléments de preuve destinés aux laboratoires de police scientifique.

Madagascar est également l’un des 62 pays membres à avoir officiellement reconnu le Document de voyage d’INTERPOL, créé afin de permettre aux fonctionnaires d’INTERPOL et aux policiers en mission officielle pour l’Organisation (par exemple pour prêter leur concours à une enquête transnationale ou participer à un déploiement urgent) de se déplacer à l’étranger sans avoir besoin de visa.

« Il est important qu’INTERPOL et les services chargés de l’application de la loi malgaches continuent à aller de l’avant en s’appuyant sur leur collaboration en matière de lutte contre la criminalité transnationale, afin que la région, le pays, sa population et les visiteurs qui s’y rendent récoltent le fruit de cette participation active à la coopération policière internationale », a ajouté le Secrétaire Général Noble.

Outre sa visite au B.C.N. INTERPOL de Madagascar, M. Noble a rencontré le Directeur Général de la Police nationale, M. Johnson Rakotondratsima Désiré, le Directeur de la Police judiciaire, M. Marcel Velotsara, le Directeur des renseignements, M. Mamy Jean Jacques Andrianisa, et le Directeur de la Police économique, M. Modeste Rorony.

Cette première mission de M. Noble à Madagascar était sa 169ème visite officielle dans un pays membre d’INTERPOL depuis sa première élection à la fonction de Secrétaire Général, en 2000. Le chef d’INTERPOL manifeste ainsi sa volonté d’appréhender directement les besoins des pays membres et de trouver les moyens par lesquels l’Organisation peut les aider à protéger leurs citoyens.