All news
|
Print
20 février 2013 - Media release

La coopération internationale avec ASEANAPOL renforce la sécurité, affirme le chef d’INTERPOL lors d’une réunion de police

Le Myanmar devient le 59ème pays à reconnaître le Document de voyage INTERPOL


PATTAYA (Thaïlande) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré aux chefs de police de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) que leur collaboration aux initiatives mondiales en matière d’application de la loi est l’un des fondements de la sécurité régionale et mondiale.

S’exprimant mercredi lors de la 33ème Conférence des Chefs de police de l’ANASE (ASEANAPOL, 18 - 22 février) à Pattaya, à laquelle assistaient, entre autres, le Vice-Premier ministre thaïlandais, M. Chalerm Yubamrung, et les chefs de police des pays de l’ANASE et des partenaires de dialogue, le chef d’INTERPOL a insisté sur le rôle de la collaboration policière internationale entre l’Asie du Sud-Est et INTERPOL dans la lutte contre la criminalité transnationale.

Les représentants des dix pays de l’ANASE (le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam) ainsi que ceux de cinq partenaires de dialogue (l’Australie, la Chine, le Japon, la Corée et la Nouvelle-Zélande) ont été informés qu’INTERPOL s’emploie à élaborer des initiatives mondiales de collaboration visant à aider les pays à mieux lutter contre les activités criminelles transnationales.

Citant l’arrestation, en octobre 2007 en Thaïlande dans le cadre de l’Opération VICO d’INTERPOL, du pédophile présumé Christopher Paul Neil, M. Noble l’a qualifiée d’« essence même de la coopération policière internationale ».

Neil avait été arrêté par la Police royale thaïlandaise suite au lancement par INTERPOL d’un appel à témoins mondial, diffusé après que des experts en informatique de la police fédérale allemande (Bundeskriminalamt, BKA) furent parvenus à produire des images nettes du visage de l’individu, rendu méconnaissable par un procédé numérique sur plus de 200 images circulant sur Internet et montrant des abus pédosexuels commis au Viet Nam et au Cambodge.

M. Noble a également expliqué aux participants que les pays membres d’INTERPOL ont montré leur capacité à agir de façon déterminante, comme le prouvent les opérations STORM. Mises en œuvre par le Cambodge, la Chine, l’Indonésie, le Laos, le Myanmar, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam par la voie d’INTERPOL, elles ont permis, depuis 2008, de saisir près de 40 millions de médicaments illicites et de contrefaçon, d’opérer plus de 60 arrestations et de fermer des centaines de pharmacies et points de vente de médicaments illicites.

De même, les opérations SOGA d’INTERPOL constituent l’initiative multinationale de police la plus importante jusqu’alors en matière de lutte contre les paris illégaux, menée par la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour et le Viet Nam. À ce jour, elles ont abouti à plus de 7 000 arrestations, à la saisie de près de 27 millions d’USD en espèces et à la fermeture de centaines d’établissements de paris clandestins en Asie du Sud-Est.

Parce que chaque minute compte lorsqu’il s’agit pour INTERPOL d’apporter une assistance vitale à ses pays membres dans les affaires de terrorisme ou en cas de catastrophe naturelle, M. Noble a expliqué aux participants que l’Organisation a créé le Document de voyage INTERPOL pour « déployer le personnel approprié au bon endroit et au bon moment ».

À cet égard, après s’être récemment engagé à le faire, le Myanmar devient le 59ème pays à reconnaître l’efficacité du Document de voyage, ouvrant ainsi la voie aux autres pays de la région et au-delà.

« En 2014, INTERPOL et l’Asie du Sud-Est, ainsi que le reste du monde, auront la possibilité de changer à jamais la réalité du travail de police. Le Complexe mondial pour l’innovation d’INTERPOL, à Singapour, assurera à l’Organisation une présence centrale et permanente dans la région. Cette nouvelle étape nous offre de nombreuses occasions de tirer le meilleur parti des avantages liés au CMII et de permettre à INTERPOL de mettre les outils et services les plus adaptés et les plus modernes à la disposition des pays membres de la région et des partenaires comme ASEANAPOL », a conclu M. Noble.

Centre ultramoderne de recherche et développement, le CMII sera utilisé pour détecter les infractions et identifier leurs auteurs, assurer des formations innovantes, apporter un appui opérationnel et établir des partenariats.