All news
|
Print
10 janvier 2013 - Media release

La visite du chef de la police financière italienne à INTERPOL met l’accent sur la coopération internationale et la formation

LYON (France) – Recenser d’autres domaines de coopération dans lesquels les outils mondiaux d’INTERPOL et le réseau des services chargés de l’application de la loi peuvent appuyer les actions nationales et internationales de lutte contre la criminalité financière, qui passent notamment par la formation, tel était le thème principal de la visite aujourd’hui, au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, du Commandant en chef de la Guardia di Finanza italienne, le Lieutenant général Saverio Capolupo.

L’Italie étant à la fois un pays de destination et de transit pour le trafic de marchandises illicites, les entretiens avec le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, et d’autres hauts responsables de l’Organisation ont permis de passer en revue les actions menées en la matière et dans d’autres domaines – comme le blanchiment de fonds, les escroqueries, les contrefaçons, l’immigration illégale et le vol d’œuvres d’art – dans lesquels la Guardia di Finanza et INTERPOL travaillent et mènent des initiatives communes.

« La criminalité financière ne s’arrête pas à nos frontières ; elle constitue une menace réelle, qui touche les économies du monde entier et nécessite d’échanger des informations et de collaborer au niveau international. À cet égard, la Guardia di Finanza soutient les actions menées par INTERPOL partout dans le monde pour renforcer la coopération internationale entre les professionnels des services de police contre la criminalité financière, qui comprend notamment le commerce illicite et la contrefaçon de marchandises », a déclaré le Lieutenant général Saverio Capolupo.

La Guardia di Finanza compte aujourd’hui parmi les principaux partenaires du Programme INTERPOL de lutte contre le trafic de marchandises illicites lancé en 2012. Par le passé, elle a apporté un appui considérable au Programme INTERPOL sur les droits de propriété intellectuelle en Europe et au-delà, entre autres en organisant des formations et en mettant à disposition des ressources opérationnelles.

« Au cours de sa collaboration avec INTERPOL, la Guardia di Finanza italienne a fait la preuve de son rôle de premier plan dans le domaine de la coopération policière internationale contre la criminalité financière, en particulier en matière de formation, et elle est un partenaire essentiel de la vision d’INTERPOL pour un monde plus sûr, à l’heure où la mondialisation entraîne l’amplification et la diversification de la criminalité organisée transnationale », a indiqué le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Dans le cadre du soutien à l’ancien Programme INTERPOL sur les droits de propriété intellectuelle, la police financière italienne a apporté son expertise et son appui logistique à quatre formations sur la lutte contre les atteintes à la propriété intellectuelle à caractère transnational et organisé, qui ont eu lieu entre 2007 et 2009 à Rome à l’académie de la Guardia di Finanza, alors dirigée par le Lieutenant général Capolupo.

Depuis 2009, des officiers de la Guardia di Finanza prennent par ailleurs régulièrement part à des séminaires de formation organisés par INTERPOL dans le monde entier, afin de présenter des affaires menées à bien et de partager des bonnes pratiques en matière de lutte contre la criminalité économique.

En 2011 et 2012, la police financière italienne a également joué un rôle majeur dans le pays en sa qualité de service chargé de l’application de la loi participant aux opérations OPSON et OPSON II menées par INTERPOL contre la criminalité liée aux denrées alimentaires, qui ont abouti à la saisie de tonnes d’aliments non conformes et de boissons impropres à la consommation humaine.

Lors de sa visite à INTERPOL, le Commandant en chef Capolupo était accompagné du Chef du Bureau central national INTERPOL à Rome, le Major général Antonio Lisi, du Chef du Bureau des relations internationales de la Guardia di Finanza, le Colonel Antonio Leone, et du Chef des Affaires générales du cabinet du Commandant en chef, le Capitaine Davide Colella.