All news
|
Print
18 mars 2012 - Media release

INTERPOL publie une notice rouge à l’encontre de l’ancien chef du renseignement de Gaddafi à la demande de la Libye

LYON (France) – À la demande de la Libye, INTERPOL a publié une notice rouge à l’encontre d’Abdullah Al-Senussi, l’ex-directeur du renseignement militaire du colonel Gaddafi, pour des accusations d’escroquerie, notamment pour détournement de fonds publics et abus de pouvoir à des fins personnelles.

L’avis de recherche international concernant cet homme de 62 ans a été transmis aux 190 pays membres d’INTERPOL, et vient s’ajouter à la notice rouge publiée à la demande de la Cour pénale internationale en septembre 2011 pour crimes contre l’humanité.

À la suite de la diffusion de la notice rouge demandée par la CPI concernant Al-Senussi, le service de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) est resté en contact étroit avec les pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest afin de s’assurer que les points de contrôle aux frontières étaient informés de l’avis de recherche publié à l’encontre de cet individu.

La demande de publication d’une notice rouge formulée par la Libye, qui suit de quelques jours à peine le discours prononcé par le Ministre de l’Intérieur du pays, M. Fawzi Altaher Abdulaali, lors de la Conférence INTERPOL des Chefs de Bureaux centraux nationaux (B.C.N.), a été saluée par le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

« INTERPOL s’est engagé à soutenir les efforts déployés par la Libye pour atteindre son but, à savoir reconstruire le pays en suivant les préceptes de l’État de droit, et la demande de publication d’une notice rouge INTERPOL à l’encontre d’Al-Senussi est une illustration parfaite de son attachement à la coopération policière internationale et à la justice », a déclaré M. Noble.

« Cibler et arrêter les individus impliqués dans les détournements de fonds et leur demander de répondre de leurs actes devant les tribunaux aidera la Libye à atteindre ce but », a ajouté le Chef d’INTERPOL.

L’unité FIS d’INTERPOL, les policiers de la Sous-direction du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et le Centre de commandement et de coordination – opérationnel 24 heures sur 24 – du Secrétariat général d’INTERPOL, continuent à collaborer étroitement avec la CPI et les Bureaux centraux nationaux concernés, y compris celui de Nouakchott où Al-Senussi aurait été arrêté.

Depuis mars 2011, par la publication d’alertes mondiales (« notices orange ») concernant un certain nombre de ressortissants libyens, parmi lesquels des membres de la famille du colonel Gaddafi et de son entourage proche, INTERPOL alerte ses États membres du danger que représentent les déplacements de ces individus ainsi que de leurs avoirs, à la suite des sanctions édictées par les résolutions 1970 et 1973 (2011) du Conseil de sécurité des Nations Unies.