All news
|
Print
07 octobre 2011

L’Opération Cobra en Afrique de l’Ouest lutte contre la criminalité pharmaceutique avec le soutien d’INTERPOL

OUAGADOUGOU (Burkina Faso) – Une opération régionale contre la contrefaçon de médicaments en Afrique de l’Ouest a abouti à la saisie d’au moins dix tonnes de produits médicaux illicites et de contrefaçon, et à plus de 100 arrestations.

L’Opération Cobra (26 septembre - 2 octobre) était coordonnée par INTERPOL et a vu la participation des services de police, des autorités sanitaires nationales et des douanes de sept pays (Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Guinée, Nigéria, Sénégal et Togo), avec le soutien des acteurs concernés du secteur privé.

Cette opération visait à identifier les réseaux impliqués dans des activités illégales telles que la vente, l’importation, le trafic et la production locale de produits médicaux de contrefaçon et illicites, à enquêter sur ces réseaux et à les démanteler. Il s’agissait également de développer la coordination entre les différents secteurs et de rechercher des solutions innovantes pour faire face aux problèmes posés par les médicaments illicites dans ces pays.

Les principales cibles de l’opération étaient les marchés en plein air, les marchés illégaux et les marchés itinérants, ainsi que les grossistes et les importateurs de gros volumes de marchandises.

« La quantité de faux médicaments et de médicaments illicites faisant l’objet d’un trafic est alarmante. Il est impossible de mettre un terme au commerce de médicaments si dangereux sans une action internationale collective réunissant tous les secteurs et acteurs concernés, y compris le secteur privé, et un renforcement des moyens pour procéder à des tests en laboratoire », a déclaré Aline Plançon, la chef de l’Unité Contrefaçon de produits médicaux et criminalité pharmaceutique (MPCPC) d’INTERPOL.

« La réussite de l’Opération Cobra est à mettre au compte de l’effort collectif des pays et services participants, qui ont mis en commun et échangé des informations avec le soutien d’INTERPOL. »

« De telles opérations visent à porter un coup au commerce de médicaments illicites ainsi qu’à sensibiliser les populations aux dangers de tels produits, qui constituent une menace pour la santé publique », a ajouté Aline Plançon.

L’accent a été mis en particulier sur les antibiotiques, les antalgiques et les médicaments utilisés pour traiter le cancer, le paludisme, le diabète et les problèmes cardiaques.