All news
|
Print
12 juin 2008 - Media release

Arrestation par la police serbe d’un criminel de guerre en fuite faisant l’objet d’une notice rouge INTERPOL

Les autorités serbes ont confirmé l’arrestation par la police serbe, ce mercredi près de Belgrade, d’un ancien commandant serbe de Bosnie ayant joué un rôle pendant le conflit des Balkans. Le fugitif était recherché par un tribunal des Nations Unies jugeant les crimes de guerre et faisait l’objet d’une notice rouge INTERPOL (avis de recherche international).

Stojan Zupljanin, âgé de 56 ans, était accusé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) des Nations Unies de crimes contre l’humanité pour son rôle présumé de commandement de camps de prisonniers pendant la guerre civile de 1992 à 1995 en Bosnie-Herzégovine. Il est l’un des quatre criminels de guerre toujours en fuite recherchés par le TPIY, avec Ratko Mladic, Radovan Karadzic et Goran Hadzic.

Zupljanin, qui circulait sous un faux nom lorsqu’il a été arrêté, a été formellement identifié grâce à la comparaison de son ADN. Les premières analyses photographiques et dactyloscopiques ont été facilitées par INTERPOL suite à l’échange de nombreux messages et de données d’identification entre son unité de soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) – située au Secrétariat général de l’organisation, à Lyon (France) – et ses Bureaux centraux nationaux (B.C.N.) de Belgrade et de Sarajevo, avec le soutien du Centre de commandement et de coordination de l’organisation, opérationnel 24 heures sur 24.

« L’arrestation de cet individu est la preuve que les fugitifs soupçonnés de crimes de guerre ne sont pas à l’abri de la loi, et marque un nouveau pas important vers la traduction en justice des responsables de crimes de guerre », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

Zupljanin a été initialement inculpé en 1999 pour actes de génocide, puis l’acte d’accusation a été modifié pour faire état de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. L’intéressé comparaîtra dans un premier temps devant un tribunal local pour se voir signifier sa mise en accusation. Il sera ensuite extradé pour être jugé devant le TPIY à La Haye.

La 37ème Conférence régionale européenne d’INTERPOL s’est terminée le 30 mai en recommandant aux B.C.N. des 186 pays membres de contribuer le plus activement possible à localiser et à arrêter les quatre personnes toujours en fuite recherchées par le TPIY avant la clôture des procès, prévue pour décembre 2008.

L’arrestation de Zupljanin est la plus récente d’une série d’opérations similaires menées à bien grâce à l’étroite coopération entre les tribunaux pénaux internationaux, l’unité de soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL et les B.C.N. du monde entier. L’an dernier, quatre hommes recherchés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda en liaison avec le génocide rwandais ont été placés en détention grâce à l’appui énergique d’INTERPOL.