All news
|
Print
24 octobre 2008

Des enquêtes en cours au Pérou à la suite de l’opération Anaconda d’INTERPOL qui cible les réseaux criminels utilisant des documents de voyage volés ou perdus

LIMA (Pérou) – Une opération menée à l’aéroport international Jorge Chavez de Lima par les autorités péruviennes en coordination avec INTERPOL, dans le but de démanteler les réseaux criminels utilisant des documents de voyage volés ou perdus, a conduit à l’ouverture d’enquêtes sur quelque 200 affaires à ce jour.

L’opération Anaconda, qui s’est déroulée du 13 au 24 octobre, a été menée par plus de 70 policiers et agents de l’immigration péruviens, en coordination avec le Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon (France), le Bureau central national (B.C.N.) de Lima ainsi que la police nationale, les services de l’immigration et le ministère des Affaires étrangères du Pérou.

Cette opération s’inscrivait dans le nouveau projet INTERPOL de démantèlement des filières d’immigration clandestine, dont le but est de mettre au jour les réseaux criminels fournissant des documents de voyage volés ou perdus aux immigrants illégaux ou aux individus se livrant à la criminalité organisée pour leur permettre de se déplacer partout dans le monde.

Au cours de l’opération menée à l’aéroport international de Lima, plus de 20 000 documents de voyage ont fait l’objet de contrôles instantanés, au moment de l’entrée ou de la sortie du territoire, dans la base de données SLTD d’INTERPOL, qui contient plus de 16 millions de documents transmis par plus de 140 pays.

À l’occasion de l’opération Anaconda, INTERPOL a également organisé des formations sur ses outils et services – notamment ses bases de données et son service d’analyse de renseignements criminels – à l’intention de plus de 150 policiers et agents de l’immigration péruviens.

À la fin de l’opération, le vice-ministre de l’Intérieur du Pérou, Danilo Guevara Zegarra, présentant les résultats obtenus, a souligné l’importance que revêt l’accès aux bases de données d’INTERPOL en vue d’accroître la sécurité aux frontières péruviennes.

« Cette opération et le fait que la police péruvienne puisse disposer des outils et services INTERPOL lorsqu’elle se trouve en première ligne ont permis à nos agents de bénéficier d’un accès instantané à des informations de police vitales », a déclaré le vice-ministre. « L’installation de la technologie MIND/FIND à l’aéroport international de Lima et sa mise en œuvre intégrale au sein du système policier péruvien contribueront à optimiser la sécurité aux postes-frontières de notre pays », a-t-il ajouté.

Des opérations s’inscrivant dans le projet de démantèlement des filières d’immigration clandestine devraient être menées dans plusieurs autres pays en 2009.