All news
|
Print
15 avril 2011 - Media release

La chasse aux fugitifs internationaux menée par INTERPOL aboutit à de nombreuses arrestations dans toute l'Amérique du Sud

BUENOS AIRES (Argentine) – Une opération INTERPOL visant 207 personnes recherchées au niveau international pour des infractions graves – meurtres, enlèvements, appartenance à une organisation criminelle, abus pédosexuels, etc. – et susceptibles de se cacher en Amérique du Sud a donné lieu à des arrestations sur tout le continent et permis d'obtenir de nouvelles pistes pour près d'un quart des individus recherchés.
Les pistes mises au jour après l'appel à témoins lancé le lundi 11 avril ont permis d'arrêter 13 autres personnes, faisant ainsi passer à 34 le nombre d'individus en fuite arrêtés ou localisés en moins d'un mois dans le cadre de l'Opération INFRA-SA (pour International Fugitive Round-Up and Arrest – South America).
L'obtention d'informations sur l'éventuel lieu de séjour de près d'un quart des personnes recherchées, notamment six des 20 cibles principales mises en avant dans l'appel à témoins, a constitué une avancée importante.
Le public a répondu de façon très positive à cette opération et nous encourageons toute personne qui disposerait d'informations sur ces fugitifs à nous contacter, avec la garantie que leurs informations seront traitées de façon confidentielle », a déclaré M. Stefano Carvelli, Sous-directeur chargé de l'unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) d’INTERPOL, qui coordonne l'Opération INFRA-SA.
Nous poursuivrons notre collaboration avec l'ensemble de nos pays membres afin de localiser et d'arrêter non seulement les cibles de l'Opération INFRA-SA, mais également tous les malfaiteurs recherchés au niveau international qui pensent pouvoir se soustraire à la justice », a ajouté M. Carvelli.
Lancée le 14 mars dernier depuis le Bureau régional d'INTERPOL à Buenos Aires, cette opération a réuni des enquêteurs des 34 pays participants, qui ont collaboré afin d’échanger directement des informations sur les suspects visés. Des services chargés de l'application de la loi du monde entier ont apporté leur soutien à cette opération en communiquant, par l'intermédiaire des Bureaux centraux nationaux, des informations utiles aux enquêtes dont le traitement a été coordonné par l’équipe INFRA-SA.
Le succès de l'Opération INFRA-SA ne tient pas uniquement au nombre d'arrestations réalisées, mais également à l'étroite coopération et à l'important soutien entre les pays et les fonctionnaires impliqués », a déclaré la responsable du projet INFRA-SA, Mme Vanessa Gonçalves Leite de Souza.
Ce qui importe également, c'est qu'un message clair a été envoyé à tous les fugitifs, et pas uniquement à ceux visés par cette opération. Ils savent désormais qu’INTERPOL et tous ses pays membres poursuivront leurs efforts afin de les retrouver et de les traduire en justice, où qu'ils se trouvent, même s'ils sont en fuite depuis de nombreuses années. »
Au cours de la phase finale de cette opération, qui se poursuit jusqu'au 3 juin, des fonctionnaires du Bureau régional, du siège du Secrétariat général, à Lyon (France), et des Bureaux centraux nationaux participants étudieront et analyseront attentivement les informations reçues pour s'assurer que toutes les pistes sont suivies.
Toute personne disposant d'informations sur les cibles de l'Opération INFRA-SA ou sur tout individu recherché au niveau international peut envoyer un e-mail à l'unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL.
Les participants à l'Opération INFRA-SA sont l'Albanie, l'Allemagne, l'Argentine, l'Australie, l'Autriche, le Bélarus, la Belgique, la Bolivie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, la Croatie, le Danemark, l'Égypte, l'Équateur, l'Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, l'Indonésie, l'Irlande, l'Italie, le Paraguay, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Russie, l'Ukraine, l'Uruguay et le Venezuela. Ils bénéficient du soutien des autorités américaines et canadiennes.