All news
|
Print
05 novembre 2010 - Media release

La police du Burkina Faso secourt plus de 100 enfants victimes de trafic au cours d’une opération mise en œuvre avec l’appui d’INTERPOL

LYON (France) – Plus de 100 enfants qui auraient été victimes de trafic ont été identifiés et pris en charge, tandis que 11 individus ont été arrêtés à l’issue d’une opération menée par la police au Burkina Faso, avec l’appui d’INTERPOL. Des dizaines d’autres enfants ont par ailleurs été rendus à leurs familles à la suite d’enquêtes sur le travail des enfants.

Près d’une centaine de policiers ont participé à l’Opération Cascades (du 25 au 27 octobre), qui s’est déroulée dans toute la région des Cascades, dans l’ouest du Burkina Faso, et à Ouagadougou, la capitale du pays, avec le concours d’agents des douanes et des services de protection de l’environnement, d’organisations non gouvernementales, de fonctionnaires du ministère de la Santé et des Affaires sociales, ainsi que de procureurs. L’opération a également bénéficié de l’appui d’officiers du Bureau central national INTERPOL de Ouagadougou, du Bureau régional d’Abidjan (Côte d’Ivoire), et de fonctionnaires de la Sous-direction Trafic d’êtres humains au siège du Secrétariat général, à Lyon (France).

Au cours de l’opération de trois jours, les policiers ont effectué des contrôles sur les routes reliant la capitale du Burkina Faso à d’autres régions du pays et aux pays voisins, et ont également perquisitionné dans des mines d’or à ciel ouvert exploitées illégalement dans la région des Cascades. Les autorités ont secouru 177 enfants dont 103, qui auraient fait l’objet d’un trafic, ont été pris en charge par les services sociaux, les 74 autres ayant été rendus à leurs familles dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur le travail des enfants.

L’opération sur le terrain a été précédée d’une formation de trois jours afin de préparer l’opération, et était dirigée par des policiers d’INTERPOL, des procureurs nationaux et des fonctionnaires des services sociaux.

De nombreuses enquêtes étant en cours et de nouvelles arrestations étant attendues à la suite de l’opération menée par la police du Burkina Faso, le Sous-directeur d’INTERPOL en charge de la lutte contre le trafic d’êtres humains, Jonathan Eyers, a souligné le rôle de la collaboration entre services chargés de l’application de la loi nationaux, régionaux et internationaux en matière de lutte contre le trafic des enfants, ceux-ci étant alors victimes de violences et d’abus sexuels, soumis au travail forcé, et privés de nourriture, de logement, d’éducation et de soins médicaux.

« L’Opération Cascades va permettre de se faire une idée plus précise de l’ampleur du trafic d’enfants dans la région et des éventuelles organisations criminelles régionales impliquées. Elle montre le rôle essentiel joué par les services d’application de la loi, avec l’aide d’INTERPOL et de ses outils et services mondiaux, pour soutenir les organismes locaux, nationaux et internationaux dans leur lutte contre l’exploitation d’enfants vulnérables par des individus sans scrupules et des bandes criminelles »,  a déclaré M. Eyers.

L’opération a été menée dans le cadre du programme OASIS (pour Operational Assistance, Services and Infrastructure Support – Assistance opérationnelle, services et soutien en matière d’infrastructure) d’INTERPOL, mis sur pied à l’intention des services de police d’Afrique et financé par l’Allemagne. Il vise à aider les pays africains à adopter une approche globale et intégrée de la lutte contre la criminalité du 21ème siècle, en renforçant les capacités opérationnelles de la police dans la région et en donnant davantage de moyens aux pays membres d’INTERPOL pour faire face aux menaces criminelles à l’échelle nationale, régionale et mondiale.

L’initiative menée au Burkina Faso fait suite à l’Opération Bia organisée en Côte d’Ivoire en juin 2009 contre le travail illicite des enfants, qui avait permis de secourir 54 enfants.