All news
|
Print
19 novembre 2009 - Media release

Une opération internationale contre la vente de médicaments illicites et de contrefaçon sur Internet

Une semaine internationale d’action contre la vente de médicaments illicites et de contrefaçon sur Internet a donné lieu à une série d’arrestations et à la saisie de milliers de produits médicaux potentiellement dangereux.

Face au nombre sans cesse croissant des sites Web sur lesquels il est possible de se procurer des médicaments dangereux et illicites, INTERPOL et le Groupe spécial international anticontrefaçon de produits médicaux (IMPACT) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont organisé l’Opération Pangea II pour attirer l’attention sur les dangers de l’achat de médicaments sur Internet.

Dans le cadre de cette opération, qui s’est déroulée du 16 au 20 novembre dans le monde entier, l’étroite collaboration entre organismes nationaux de contrôle des médicaments et services de police et de douane s’est concentrée sur les trois principaux services utilisés par les sites Web illicites pour mener à bien leurs activités, à savoir : les fournisseurs de services Internet, les systèmes de paiement et les services d’expédition.

Lors de l’opération, la surveillance d’Internet a permis de détecter 751 sites qui se livraient à des activités illicites au nombre desquelles figuraient l’offre de médicaments placés sous contrôle ou devant être délivrés uniquement sur ordonnance ; 72 de ces sites ont d’ores et déjà été fermés. Les agents des organismes de contrôle des médicaments et des douanes ont en outre inspecté plus de 16 000 colis, saisi 995 colis et près de 167 000 comprimés de contrefaçon et illicites – dont des antibiotiques, des stéroïdes et des médicaments pour maigrir, qui ont été confisqués. 22 personnes au total font actuellement l’objet d’une enquête pour diverses infractions, notamment la vente et la fourniture illicites de médicaments non autorisés ou vendus uniquement sur ordonnance.

« Notre premier objectif, dans l’Opération Pangea II, est de protéger le public en retirant du marché les médicaments illicites et de contrefaçon, de fermer les sites de vente illicite et d’engager des poursuites pénales contre ceux qui peuvent mettre en danger la vie des consommateurs en vendant des médicaments illicites ou de contrefaçon » a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Entre l’année dernière et cette année, le nombre des participants à l’opération est passé de 8 à 24, et les services de police et de douane sont venus compléter l’action des organismes de contrôle des médicaments. La durée de l’opération est en outre passée d’une journée en 2008 à une semaine entière cette année.

« Les résultats extrêmement positifs de cette action mondiale étant rendus publics, INTERPOL et ses pays membres donneront une nouvelle fois la preuve qu’Internet n’est pas un lieu sûr où l’anonymat de ceux qui l’utilisent à des fins illicites est garanti. Nous espérons également qu’en sensibilisant les consommateurs aux dangers des « pharmacies » illégales sévissant sur Internet, ils se montreront plus circonspects lorsqu’ils voudront acheter des médicaments par cette voie » a ajouté le Secrétaire général.

« Nous remercions le personnel de la police, des douanes et des organismes de contrôle des médicaments des 24 pays qui ont participé à l’opération, ainsi que les organisations internationales qui ont été nos partenaires dans cette initiative, notamment le Groupe IMPACT de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation mondiale des douanes et l’Union postale universelle, dont l’inlassable travail et la forte mobilisation ont permis de faire de l’Opération Pangea II un tel succès » a conclu le chef d’INTERPOL.

L’opération a également bénéficié d’un important soutien de la part du Permanent Forum on International Pharmaceutical Crime (PFIPC), de l’Organisation mondiale des douanes, de la Medicines and Health Care Products Regulatory Agency (MHRA) du Royaume-Uni, de la Food and Drug Administration (FDA) et du service de contrôle de l’immigration et des douanes (ICE) des États-Unis, de la Gendarmerie royale du Canada et de Santé Canada.

Les pays participants à l’Opération Pangea II ont été l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Irlande, Israël, l’Italie, le Liechtenstein, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, Singapour, la Suède, la Suisse, la République tchèque et la Thaïlande.

Les enquêtes se poursuivent, et les résultats de l’Opération Pangea II seront publiés lorsqu’elles seront terminées. Pour plus d’informations sur les opérations et les actions menées par chaque pays, veuillez contacter les services chargés de l’application de la loi des pays concernés.